Nombre total de pages vues

jeudi 17 février 2011

Usage de la mesure du contenu en Dioxyde de Carbone des tissus comme index de perfusion: qu'avons-nous manqué?

Appareillage de mesure du contenu des tissus en Dioxyde de Carbone. Source: http://www.ferret.com.au/
Soutenu par des données expérimentales, un domaine de recherche prometteur est la caractérisation du métabolisme tissulaire anaérobie par la mesure de sa production de Dioxyde de Carbone (CO2). Dans des conditions où les tissus sont en hypoxie, une diminution de la VO2 (consommation d'oxygène) est associée à une diminution de la production de CO2 en conditions aérobies, alors qu'une production de CO2 anaérobie pourrait survenir. L'élévation de la pression partielle en CO2 (PCO2) a été identifiée comme meilleur marqueur de l'hypoxie tissulaire précoce que les marqueurs conventionnels comme le lactate sérique (...). La PCO2 tissulaire reflète les altérations métaboliques dues à un défaut de perfusion des tissus au métabolisme actif (coeur, rein, cerveau) ainsi que des sites plus accessibles sur le plan clinique (bouche, peau). Dans cet article, nous prenons en considération la physiologie de la PCO2 tissulaire; et mettons l'accent sur les données récentes provenant d'études expérimentales et cliniques, soutenant l'usage de la PCO2 comme marqueur global de l'hémodynamie et de la respiration cellulaire. E. Futier, J.L. Teboul, B. Vallet in Trends in Anaesthesia and Critical Care, in press (2011), 1-5

Source: http://www.sciencedirect.com/ / Traduction et adaptation: NZ