Nombre total de pages vues

mardi 14 juin 2011

Troubles psychiatriques et mortalité chez les personnes sans - abri recueillies en refuge au Danemark: une étude sur cohorte nationale recensée

Dortoir d'un refuge pour sans abri. Source: www.radio-canada.ca/regions/
L'augmentation de la mortalité ches les personnes sans abri recueillies en refuge en comparaison de la mortalité mesurée chez des personnes à domicile fixe, peut être liée à des troubles psychiatriques. Cependant, les personnes sans abri sont, du fait de leur précarité, difficiles à identifier et à suivre. Cela a limité l'envergures des études publiées sur le sujet jusqu'à présent. Notre but était d'évaluer les désordres psychiatriques, la mortalité et les facteurs prédictifs de mortalité chez des personnes sans abri occupantes de refuges au Danemark.

Nous avons entrepris une étude prospective d'envergure nationale, construite sur une cohorte d'une population recensée de personnes sans abri, âgées de 16 et plus, inscrites dans le Registre Danois des Sans Abri - "Danish Homeless Register" dans le texte -; entre le 1er janvier 1999 et le 31 décembre 2009. Nous avons mesuré la proportion des inscrits atteints de troubles psychiatriques, les ratios standardisés de mortalité globale et  due à des causes spécifiques, et l'espérance de vie sur cette population. La quantification du risque relatif a été utlilisée pour la prédiction de mortalité.

32711 personnes sans abri (23040 hommes et 9671 femmes) ont été incluses dans la population de l'étude. 14381 hommes (62,4%) et 5632 femmes (58,2%) étaients atteints de troubles psychiatriques, et ainsi répertoriés. 11286 hommes (49,0%) et 3564 femmes (36,9%) étaients diagnostiqués toxicomanes. Pendant la période d'étude, 3839 hommes (16,7%) et 951 femmes (9,8%) sont décédés. Le ratio standardisé de mortalité globale était de 5,6 pour les hommes et 6,7 pour les femmes. Les causes externes comptaient pour 1161 (27,9%) des 4161 morts pour lesquels les données sur les causes de décès étaient disponibles. L'espérance de la période restant à vivre, mesurée chez les personnes sans abri du groupe 15-24 ans était de 21,6 années inférieure pour les sans abri hommes et 17,4 années inférieure pour les sans abri femmes en comparaison de la population générale. Le risque de mortalité le plus élevé était observé sur la population de sans abri toxicomanes, en comparaison de la population de sans abri ne montrant pas de désordre psychiatrique.

Les problèmes de santé sont très importants chez les personnes sans abri recueillies en refuge; et il y a un besoin urgent que des efforts plus soutenus soient portés, afin de réduire morbidité et mortalité dans cette population, en particulier du fait de causes externes. Les données consignées représentent une importante ressource permettant d'accroître les connaissances sur les personnes sans abri, grâce aux informations validées et détaillées. Sandra Feodor Nielsen BSc et al, in The Lancet, Early Online Publication, 14 June 2011.

Source: http://www.thelancet.com/ / Traduction et adaptation: NZ