Nombre total de pages vues

mercredi 15 juin 2011

Signalisation des récepteurs nucléaires, métabolisme, et phase de réponse inflammatoire aigüe

Cellules inflammatoires et érythrocytes. Source: Wikipédia
La réaction de phase aigüe a trait à la reprogrammation rapide de l'expression génique et du métabolisme, en réponse à un signal inflammatoire de cytokine. En tant que composés du système immunitaire à la naissance, les protéines de phase aigüe (PPA), synthétisées par le foie*, jouent un rôle central dans la restauration de l'homéostasie tissulaire. Récemment, un intrigant phénomène de méta-inflammation (metaflammatory facet dans le texte), lié à une réaction de phase aigüe et caractérisé mar une élévation chronique des PPAs, en rapport avec des désordres de type syndrome métabolique, a été décrit. Les liens de causalité entre ces observations restent obscurs; mais pourraient s'apparenter aux perturbations métaboliques et inflammatoires; plus particulièrement celles affectant les fonctions des lipoprotéines, le métabolisme du cholestérol et l'athérognénèse. Ici, nous passons en revue ces aspects, en mettant l'accent sur l'importance croissante des récepteurs nucléaires lipidosensibles (LXRs, LRH-1, PPARs), en conjonction avec les voies de signalisation de transrépression anti-inflammatoire, comme modulateur pertinent de la réaction de phase aigüe. Nicolas Venteclef et al, in Trends in Endocrinology and Metabolism - 733, online 7 June 2011, in press.

Sources: http://www.sciencedirect.com/ et *: Wikipédia / Traduction et adaptation: NZ