Nombre total de pages vues

mardi 20 septembre 2011

Réseaux cérébraux à grande échelle et psychopathologie: un modèle unifié à triple réseau



Les analyses des intéractions cérébrales spontanées - ou suite à des stimuli - montrent des réseaux émergents, identifiables par imagerie (...). Les images du bas de la figure (légendées) sont les résultats de mesure par ordinateur de corrélations linéaires entre l'activité d'une petite région au sein des réseaux concernés et le reste du cerveau; les plus fortes corrélations sont indiquées par les couleurs les plus vives. Ces réseaux correspondent aux six (6) principaux systèmes identifiés dans le cerveau: visuel, auditif, sensori-moteur, mode par défaut, contrôle de l'exécution, et attention dorsale (...). Source: nature physics www.nature.com/.../n10/fig_tab/nphys1803_F2.html

La Science des réseaux du cerveau à grande échelle offre un paradigme puissant dans le domaine des investigations des fonctions cognitives, des dysfonctions de l'affect dans les désordres psychiatriques et neurologiques. Cette revue de littérature examine les récents développements conceptuels et méthodologiques qui contribuent au changement de paradigme dans l'étude de la psychopathologie. Je fais ici le résumé des méthodes appliquées qui caractérisent les aberrations dans les réseaux cérébraux et je démontre comment une analyse de réseau peut apporter des éclairages nouveaux dans l'architecture des dysfonctions du cerveau. Les aberrations des accès, l'engagement et le désengagement à grande échelle des réseaux neuro-cognitifs, jouent un rôle primordial dans plusieurs désordres, dont la schizophrénie, la dépression, l'anxiété, la démence et l'autisme. Par une synthèse des résultats de recherche récemment publiés, je propose un modèle à triple réseau et une cartographie des aberrations saillantes des dysfonctions en psychopathologie; en mettant l'accent sur les parallèles surprenants qui commencent à émerger entre psychiatrie et désordres neurologiques. Vinod Menon, in Trends in Cognitive Sciences - 997, online 9 September 2011, in press

Source: http://www.sciencedirect.com/ / Traduction et adaptation: NZ