Nombre total de pages vues

vendredi 2 septembre 2011

Un cadre unifié pour le contrôle de l'inhibition

Le meilleur moyen de ne pas avoir de pensée indésirable, c'est de ne pas en avoir du tout, cela offre une très grande quiétude... Source: justattitude.canalblog.com/.../03/11205487.html
L'inhibition des pensées indésirables, des actions et des émotions, est omniprésente dans la vie de tous les jours; et le cortex préfrontal (PFC) étant généralement considéré comme responsable du contrôle de l'inhibition. Nous arguons le fait que cette fonction du PFC est mieux connue pour son rôle de représentation et de mémoire active de l'information abstraite comme les buts - dans la Vie -, qui produisent 2 types d'effets inhibiteurs dans d'autres régions du cerveau. L'inhibition de certaines régions subcorticales prend une forme dirigée générale; les régions préfrontales fournissant l'information contextuelle pertinente lorsqu'il s'agit d'inhiber une série de processus dans une région. L'inhibition au sein des régions néocorticales et subcorticales prend la tournure d'une compétition indirecte, les régions préfrontales fournissant une stimulation des voies appropriées, au "but" pertinent. Ces distinctions sont primordiales pour la compréhension des mécanismes de l'inhibition et des facteurs pouvant conduire soit à son altération, soit à son amélioration. Yuko Munakata et al, in Trends in Cognitive Sciences -  993, online 31 August 2011, in press.

Source: http://www.sciencedirect.com/ / Traduction et adaptation: NZ