Pages vues le mois dernier

mardi 28 février 2012

Bévacizumab néoadjuvant, trastuzumab, et chimiothérapie dans le traitement du cancer du sein HER2-positif inflammatoire primaire (BEVERLY-2): une étude ouverte de phase 2 à simple bras

La réaction inflammatoire dans le cancer est soumise à régulation des glycoconjugués bactériens et des protéoglycanes à chaînes héparanes sulfates. Source: http://ugsf-umr-glycobiologie.univ-lille1.fr/equipe_detail.php?id=29
Le bévacizumab et le trastuzumab sont efficaces dans le traitement du cancer du sein HER2-positif métastatique; cependant, peu de données existent, s'agissant du cancer du sein inflammatoire. Dans notre essai de phase 2, notre but était d'étudier l'efficacité et la sécurité du bévacizumab néoadjuvant combiné au trastuzumab et à une chimiothérapie chez des patientes atteintes d'un cancer du sein primaire HER2-positif inflammatoire.

Dans notre étude ouverte et non-comparative de phase 2, multicentrique et à simple bras, nous avons recruté des femmes (âgées de 18 ans et plus) atteintes d'un cancer du sein HER2-positif, inflammatoire et non-métastatique, confirmé par histologie. Les patientes ont été recrutées dans des centres anticancéreux privés ou publics, situés en France. Avant la chirurgie, les patientes ont été traitées au fluorouracile, épirubicine, cyclophosphamide et bévacizumab (cycles 1-4) et docetaxel, bévacizumab, et trastuzumab (cycles 5-8) en cycles de 3 semaines.
Après la chirurgie, les patientes ont reçu de la radiothérapie adjuvante, du trastuzumab et du bévacizumab. Le résultat principal de l'étude était obtenu par la mesure de la population de patientes ayant montré une réponse pathologique complète (définie par le registre central des pratiques chirurgicales selon la classification de Sataloff, en tenant compte de l'incertitude due aux données manquantes). (...).

Nous avons recruté 52 patientes dans 21 centres, entre le 23 octobre 2008 et le 28 octobre 2009. 42 (81%) des 52 patientes ont reçu les 8 cycles de thérapie néo-adjuvante, et 49 (94%) ont subi une chirurgie. Après la thérapie néo-adjuvante, 33 des 52 patientes ont montré une réponse pathologique complète, selon le registre central (63,5%, Intervalle de Confiance à 95%: 49,4 - 77,5). Les évènements indésirables les plus fréquents étaient asthénie et nausée (tous deux sont survenus chez 36 [69%] des 52 patientes). 25 (48%) des patientes ont montré une neutropénie de grade 3-4, représentant l'évènement indésirable de grade 3-4 le plus fréquemment relevé. Seul un (1) évènement indésirable de grade 3 ou plus, dû au bévacizumab (hypertension, une patiente) a été rapporté. Quatre (4) patientes (8%) ont montré une insuffisance cardiaque.

Un traitement néo-adjuvant, avec bévacizumab, trastuzumab et chimiothérapie s'est montré efficace et bien toléré chez des patientes atteintes d'un cancer du sein inflammatoire non préalablement traité. D'autres études de confirmation sont toutefois nécessaires. Prof Jean-Yves Pierga MD et al, in The Lancet Oncology, Early Online Publication, 28 February 2012

Source: http://www.thelancet.com/ / Traduction et adaptation: NZ 
Enregistrer un commentaire