Pages vues le mois dernier

jeudi 8 mars 2012

Efficacité d'un traitement immunoglobuline plus prednisolone pour la prévention des maladies coronariennes dans des cas sévères de maladie de Kawasaki (étude RAISE): un essai randomisé, ouvert et à critère à l'insu

Aspect de la langue dans la maladie de Kawasaki. La maladie de Kawasaki, ou syndrome lympho-cutanéo-muqueux, est une vascularite fébrile infantile touchant les artères de moyen et petit calibre d'origine immunologique. (...). C'est une maladie émergente en Europe. Source inconographique et légendaire: http://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_de_Kawasaki
Des évidences indiquent que la thérapie par corticostéroïdes peut apporter des bénéfices dans le traitement de la maladie de Kawasaki, à un stade sévère. Nous avons étudié si l'adjonction de prednisolone aux immunoglobulines administrées par voie intraveineuse plus aspirine, pouvait diminuer les incidences de maladie coronarienne chez les patients atteints de la maladie de Kawasaki à un stade sévère.

Nous avons entrepris une étude multicentrique, prospective, randomisée, ouverte et à critère à l'insu, dans 74 hôpitaux au Japon, entre le 29 septembre 2008 et le 2 décembre 2010. Des patients, atteints de la maladie de Kawasaki à un stade sévère, ont été répartis au hasard par méthode de minimisation, pour recevoir:
  • des immunoglobulines par voie intraveineuse (2g/kg pour 24 h et aspirine 30 mg/kg par jour) [1], ou
  • immunoglobulines par voie intraveineuse + prednisolone {le même protocole d'administration d'immunoglobulines que dans le groupe "immunoglobulines" ci dessus ([1]), plus prednisolone 2 mg/kg par jour, sur 15 jours(...)} [2]
Les patients, comme les médecins avaient accès au tableau de randomisation. Le critère principal de mesure était l'incidence de maladie coronarienne pendant toute la période de l'étude. L'analyse a été effectuée sur population en intention de traiter.

Nous avons assigné de manière aléatoire 125 patients au groupe immunoglobulines par voie intraveineuse plus prednisolone [2]; et 123 patients au groupe immunoglobulines par voie intraveineuse [1]. L'incidence de maladie coronarienne était significativement plus basse dans le groupe immunoglobulines + prednisolone [2] que dans le groupe immunogobulines [1] pendant la période de l'étude (4 patients [3%] versus 28 patients [23%]; p<0,0001). La survenue d'évènements indésirables graves était similaire dans les deux groupes: deux patients montraient un cholestérol total élevé et un patient une neutropénie dans le groupe immunoglobulines + prednisolone [2]; un patient montrait un cholestérol total élevé et un patient un thrombus non-occlusif, dans le groupe immunogobulines par voie intraveineuse [1].

L'adjonction de prédnisolone à un protocole standard d'administration d'immunoglobulines améliore les résultats pour ce qui est de l'incidence de maladie coronarienne chez les patients atteints de la maladie de Kawasaki à un stade sévère, au Japon. D'autres études relatives au traitement primaire de cette maladie, à effectuer sur des populations constituées de personnes d'orignes ethniques diverses est recommandée. Dr Tohru Kobayashi MD et al, in The Lancet, Early Online Publication, 8 March 2012
Enregistrer un commentaire