Pages vues le mois dernier

lundi 5 mars 2012

Insuffisance hépatique aigüe, dysfonctionnement de plusieurs organes, oedème cérébral et activation de facteurs proangiogéniques et antiangiogéniques chez une patiente atteinte de la fièvre hémorragique de Marburg

Chauve Souris. Le résevoir du virus de Marburg a été identifié chez une espèce de chauve souris frugivore: la roussette d'Egypte (Roussettus aegypticus) (...). Marburg déclenche chez les personnes infectées une fièvre hémorragique foudroyante.
Source: http://www.science.gouv.fr/fr/dossiers/bdd/res/2656/t/4/le-reservoir-du-virus-de-marburg-identifie-chez-la-roussette-d-egypte/
Une femme a développé une fièvre hémorragique de Marburg au Pays - Bas, vraisemblablement causée par une exposition à des chauves souris contaminées par un virus, à la "cave du python" dans la forêt de Maramagambo en Ouganda. Le syndrome clinique s'est manifesté d'abord par une insuffisance hépatique aigüe avec coagulopathie secondaire, suivie d'une réponse inflammatoire systémique grave, de dysfonctionnements au niveau de plusieurs organes, et d'un oedème cérébral mortel.

Une charge virale sanguine élevée a persisté tout au long de la maladie. La réponse inflammatoire systémique a coïncidé avec des pics de concentration en interféron gamma et facteur de nécrose des tumeurs alpha dans le sang. Une élévation (tardive) en interleukine-6, en facteur de croissance placentaire (PIGF) et en récepteurs au facteur de croissance vasculaire endothélial-1 (sVEGF-R1) solubles; semble suggérer une forme avancée d'un stade pathophysiologique spécifique à la fièvre hémorragique de Marburg, associée à une dysfonction endothéliale et à un oedème cérébral mortel. Des niveaux excessifs de sVEGF-R1 et un ratio sVEGF-R1: PIGF élevé, peu de temps avant l'issue fatale évoquent les changements pathophysiologiques impliqués dans la pré-éclampsie. Un traitement en soins intensifs, avec thérapie de remplacement rénal et utilisation d'un système de recirculation d'absorption moléculaire, a semblé stabiliser - temporairement tout au moins - la patiente. Judith van Paassen MD et al, in The Lancet Infectious Diseases, Early Online Publication, 5 March 2012

Source: http://www.thelancet.com/ / Traduction et adaptation: NZ   
Enregistrer un commentaire