Nombre total de pages vues

mercredi 14 mars 2012

Les voies de signalisation du récepteur à l'interleukine-6 dans la maladie coronarienne: méta-analyse collaborative de 82 études

Ensemble des anomalies associées à l'obésité abdominale (in Obésité et maladies cardiovasculaires par Paul Poirier et Jean-Pierre Després). L'interleukine-6 (IL6) est augmentée dans cette situation.
Source:  http://www.erudit.org/revue/ms/2003/v19/n10/007164ar.html?vue=figtab&origine=integral&imID=im2&formatimg=imPlGr
Il a été suggéré qu'une inflammation persistante contribue à l'établissement d'une pathologie cardiovasculaire, à divers degrés. La signalisation partant du récepteur à l'interleukine-6 (IL6R) est responsable de la propagation en aval de l'inflammation. Afin d'évaluer s'il existe un lien de causalité entre cette voie de signalisation et l'incidence de maladie coronarienne, nous avons étudié un variant génétique fonctionnel connu pour son rôle dans la signalisation IL6R.

Dans une méta-analyse collaborative, nous avons étudié Asp358Ala (rs2228145) dans l'IL6R en relation avec un échantillon de facteurs de risques conventionnels et de biomarqueurs de l'inflammation chez 125 222 participants. Nous avons aussi comparé la fréquence de Asp358Ala chez 51 441 patients atteints de maladie coronarienne et chez 136 226 sujets contrôle. Afin d'accroître les connaissances acquises relatives aux mécanismes impliqués, nous avons étudié Asp358Ala en relation avec l'expression locale et avec les stimulations postlipopolysaccharides de l'interleukine-6.

La fréquence des allèles mineurs de Asp358Ala était de 39%. Asp358Ala n'était associé ni à la concentration en lipides, ni à la pression artérielle, ni à l'adiposité, ni aux anomalies de glycémie, ni au tabagisme (p>=0,04 pour chaque allèle). En revanche, pour chaque copie de 358Ala transmise, la concentration moyenne en ILR6 a augmenté de 34,3% et celle de l'interleukine-6 de 14,6%; la concentration moyenne de protéine C réactive diminuant de 7,5% et celle du fibrinogène diminuant de 1%. Pour chaque copie de 358Ala transmise, le risque de maladie coronarienne était diminué de 3,4%. Asp358Ala n'était pas lié aux niveaux d'ARNm ILR6 ou de production d'interleukine-6 dans les monocytes.

Les études génétiques à grande échelle et les données relatives aux biomarqueurs permettent de d'identifier une relation causale entre les voies de signalisation ILR6 et la maladie coronarienne. ILR6 Genetics Consortium Emerging Risk Factors Collaboration, in  The Lancet, Early Online Publication, 14 March 2012

Source: http://www.thelancet.com/ / Traduction et adaptation: NZ


Enregistrer un commentaire