Pages vues le mois dernier

mercredi 7 mars 2012

Oestrogène équin, incidence du cancer du sein et mortalité chez les femmes post-ménopausées avec hystérectomie: suivi prolongé de l'essai WHI "Women's Health Initiative", randomisé et contrôlé par placebo

Il existe 3 types de fibromes utérins. L'hystérectomie est le seul traitement définitif des fibromes, et reste le traitement de choix lorsque les femmes n'expriment pas de désir de grossesse.
Source: http://sante.lefigaro.fr/actualite/2010/12/05/10589-fibromes-alternatives-lhysterectomie
Contrairement à d'autres études d'observation, les femmes participant à l'essai "Women's Health Initiative", et qui ont été désignées de manière aléatoire pour recevoir un traitement à base d'oestrogènes seuls, ont montré une incidence de cancer du sein plus basse que celles qui ont reçu le placebo. Notre but était d'étudier l'effet de l'utilisation d'oestrogènes sur l'incidence de cancer du sein à long terme et sur la mortalité, sur cette cohorte soumise à un suivi prolongé.

Entre 1993 et 1998, le WHI a recruté 10 739 femmes post-ménopausées dans 40 centres de recherche clinique aux Etats - Unis, pour intégration dans un essai randomisé, en double aveugle, et contrôlé par placebo. Des femmes, âgées de 50 à 79 ans, qui avaient subi une hystérectomie, avec une espérance de vie attendue de 3 ans, contrôlées par mammographie; ont été réparties au hasard - avec stratification par groupe d'âge et par centre - à l'aide d'un algorithme informatique de permutation de blocs; pour recevoir de l'oestrogène conjugué équin (0,625 mg par jour; n=5 310) ou le placebo administré dans les mêmes conditions (n=5 429). La phase d'intervention de l'essai s'est terminée précocément, du fait d'un évènement indésirable (attaque). Le suivi a continué jusqu'à la date de fin prévue au départ (31 mai 2005). Un consentement a été sollicité pour une surveillance prolongée de la part des 9 736 participantes en vie soumises à un suivi actif; 7 645 d'entre elles ont accepté. A l'aide des données recueillies au cours du suivi prolongé (jusqu'au 14 août 2009), nous avons étudié les effets à long terme de l'utilisation des oestrogènes sur l'incidence du cancer du sein invasif, les caractéristiques de la tumeur, et la mortalité. Nous avons utilisé des modèles de régression de Cox pour estimer les rapports de risques sur la population en intention de traiter (...).

Après un suivi médian de 11,8 ans; l'utilisation d'osestrogènes pour une durée médiane de 5,9 ans a été associée à une baisse de l'incidence du cancer du sein invasif (151 cas; 0,27% par an) comparé au placebo (199 cas; 0,35% par an; p=0,02); sans observation d'une différence (p=0,76) entre la phase d'intervention (0,79) et la phase post-intervention (0,75).
Dans les analyses de sous-groupe, nous avons noté que la baisse du risque de cancer du sein due à l'utilisation d'oestrogènes concernait surtout les femmes sans pathologie bénigne du sein (p=0,01) ou d'histoire familiale de cancer du sein (p=0,02). Dans le groupe oestrogène, moins de femmes sont décédées par cancer du sein (6 décès; 0,009% par an) en comparaison du groupe contrôle (16 décès; 0,024% par an; p=0,03). Moins de femmes du groupe oestrogène sont décédées - toutes causes confondues - après diagnostic d'un cancer du sein (30 décès; 0,046% par an; p=0,04).

Nos résultats fournissent aux femmes ayant subi une hystérectomie, une assurance que le soulagement des syndromes climatériques par l'utilisation des oestrogènes n'a pas d'influence sur les risques de cancer du sein et sur la mortalité. Cependant, nos données ne permettent pas de recommander l'utilisation d'oestrogènes pour réduire le risque de cancer du sein; car les bénéfices évoqués ne s'appliquent pas aux populations à risque augmenté d'un tel cancer. Prof Garnet L Anderson, in The Lancet Oncology, Early Online Publication, 7 March 2012

Source: http://www.thelancet.com/ / Traduction et adaptation: NZ   
Enregistrer un commentaire