Pages vues le mois dernier

mardi 29 mai 2012

Effet du tabagisme d'un donneur d'organe après transplantation pulmonaire chez un receveur: étude prospective de cohorte

""Donneur d'organes", un nouveau statut sur Facebook. (...). Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a été sensibilisé à la cause du don d'organes par sa petite amie, étudiante en médecine, et son ami Steve Jobs, le cofondateur d'Apple et aujourd'hui  décédé. " Source iconographique et légendaire: http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/05/02/18107-donneur-dorganes-nouveau-statut-sur-facebook
Le risque dû à un historique tabagique chez un donneur de poumon pour transplantation, pouvant influer sur la survie du receveur; pose problème. Inversement, la diminution de la population de donneurs par l'exclusion de ceux avec historique tabagique pourrait compromettre la survie des patients en attente d'une transplantation. Nous avons examiné les conséquences de la transplantation de poumons provenant de donneurs avec historique tabagique sur la survie des patients transplantés; et les effets potentiels provoqués par l'exclusion des donneurs avec historique tabagique. 

Nous avons analysé les effets d'un historique tabagique des donneurs sur la survie à trois ans après première transplantation pulmonaire, l'ensemble des donneurs étant en état de mort cérébrale. Les données - issues du Registre des Transplantations du Royaume Uni - , obtenues sur les transplantations réalisées entre le 1er juillet 1999 et le 31 décembre 2010, ont été analysées par modèle de régression de Cox. Nous avons estimé les effets de l'acceptation de poumons provenant de donneurs avec historique tabagique, et les avons comparé avec l'effet produit par un maintien plus long sur liste d'attente d'un donneur sans historique tabagique; en analysant tous les enregistrements sur listes d'attente pendant la même période par stratification séquentielle, à l'aide d'un modèle de régression de Cox ajusté (...).

Sur 1295 transplantations de poumons, 510 (39%) des organes utilisés provenaient de donneurs avec historique tabagique. Les receveurs de ces poumons ont montré une survie à 3 ans après transplantation plus faible que ceux ayant reçu les poumons provenant de donneurs sans historique tabagique ("hazard ratio" non ajusté 1,46; IC 95% 1,20-1,78; "hazard ratio" ajusté 1,36; 1,11-1,67). Les facteurs indépendants, affectant la survie étaient l'âge du receveur, la compatibilité donneur-receveur, les consignes concernant la transmission du CMV - cytomégalovirus -, la différence de taille entre donneur et receveur, le sexe du donneur, et la durée totale des épisodes d'ischémie. 
Sur 2181 patients enregistrés sur liste d'attente, 802 (37%) sont morts ou ont été retirés des listes sans avoir subi de transplantation. Les patients recevant des poumons avec historique tabagique ont montré une probabilité une probabilité de décès moindre que les patients demeurant plus longtemps sur liste d'attente (0,79; IC 95% 0,70-0,91). Les patients avec embolie sceptique ou lésion fibrogène du poumon, enregistrés  en 1999-2003 ont montré des risques pondérés de 0,60 (IC 95% 0,42-0,87) et de 0,39 (0,28-0,55) respectivement.

Au Royaume - Uni, la politique de sélection des donneurs de poumons incluant les donneurs avec historique tabagique a amélioré la survie globale des patients enregistrés pour transplantation, et doit être poursuivie (...). Prof Robert S Bonser MD et al, in The Lancet, Early Online Publication, 29 May 2012
Enregistrer un commentaire