Nombre total de pages vues

jeudi 10 mai 2012

Epidémiologie de la multimorbidité et implications en matière de soins, recherche, et formation continue: étude transversale

Le sida est la pathologie où la présence simultanée d'autres pathologies, notamment neurocognitives, est la plus commune.
Source:http://www.seronet.info/billet_forum/vih-cerveau-et-co-morbidites-18776
Les troubles à long terme représentent le principal problème auquel les systèmes de santé doivent globalement faire face, dans le monde. Toutefois, les systèmes de santé sont plutôt conçus pour traiter les pathologies prises individuellement que les multimorbidités. Nous avons examiné la distribution de la multimorbidité des troubles physiques et mentaux, en fonction de l'âge et les carences socioéconomiques.

Dans cette étude tranversale, nous avons extrait les données relatives à 40 morbidités à partir d'une base de données réunissant 1 751 841 personnes enregistrées sous 314 entités dispensatrices de soins en Ecosse, à partir de Mars 2007. Nous avons analysé les données en fonction du nombre de morbidités présentées, le type de trouble (physique ou mental), le sexe, l'âge, et le statut socioéconomique. Nous avons défini la multimorbidité comme l'état d'un patient présentant deux troubles ou plus, simultanément.

42,2% (Intervalle de Confiance à 95% - IC à 95% -: 42,1-42,3) de tous les patients présentaient une morbidité ou plus; et 23,2% (23,08-23,21) présentaient un état multimorbide. Bien que la prévalence de multimorbidité ait montré une augmentation considérable en fonction de l'âge, et était présente chez la plupart des personnes âgées de 65 ans et plus; le nombre absolu de personnes en état de multimorbidité était plus élevé chez les moins de 65 ans (210 500 versus 194 996). Le début de l'état multimorbide est survenu 10-15 ans plus tôt chez les personnes vivant dans les zones les plus défavorisées en comparaison des zones les plus riches; les carences socioéconomiques étant plus particulièrement associées à un état multimorbide incluant des troubles mentaux (prévalence de co-présence de troubles physiques et mentaux: 11%; IC à 95% 10,9-11,2 dans les zones les plus défavorisées versus 5,9%; IC à 95% 5,8-6,0 dans les zones les moins défavorisées). La présence d'un trouble mental était augmentée en corrélation avec le nombre de morbidités physiques observées (ratios de probabilité ajustés: 6,74; IC à 95% 6,59-6,90 pour cinq [5] troubles ou plus versus 1,95; 1,93-1,98 pour un [1] trouble); la probabilité de survenue étant beaucoup plus élevée chez les personnes les plus défavorisées que chez les personnes les moins défavorisées (2,28; 2,22-2,32 versus 1,08; 1,05-1,11).

Nos résultats contestent le cadre des soins de santé tel qu'il est très largement défini actuellement, où soins, recherche et formation continue sont organisés autour d'une pathologie unique. Ainsi, une stratégie complémentaire s'avère nécessaire, afin d'apporter un soutien aux cliniciens généralistes dans l'exercice de leur fonction de dispense de soins, plus spécifiquement dans les zones défavorisées. Karen Barnett PhD, in The Lancet, Early Online Publication, 10 May 2012

Source: www.thelancet.com / Traduction et adaptation: NZ 
Enregistrer un commentaire