Pages vues le mois dernier

lundi 21 mai 2012

HDL - cholestérol plasmatique et risque d'infarctus du myocarde: une étude mendélienne de randomisation

La pyramide alimentaire permet de connaître les règles d'une alimentation équilibrée, qui diminue les risques d'athérosclérose - et d'infarctus du myocarde - Copyright iconographie: prevention.ch
Sources: http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/medecine-1/d/atherosclerose-atherome_997/c3/221/p9/, Wikipedia
Des valeurs élevées de HDL cholestérol sont associées à un risque réduit d'infarctus de myocarde; on en ignore toutefois les liens de causalité.

L'exploitation du fait que les génotypes sont déterminés de manière aléatoire par la méiose, indépendamment de la diversité comme telle, et que ces génotypes ne sont pas modifiés par les processus pathologiques; la randomisation mendélienne peut être utilisée pour tester l'hypothèse selon laquelle l'association d'un biomarqueur plasmatique est un facteur causal.

Nous avons effectué deux analyses mendéliennes de randomisation. En premier lieu, nous avons utilisé des polymorphismes génétiques simples (Single Nucleotide Polymorphism: SNP) sur le gène de la lipase endothéliale (LIPG Asn396Ser) et testé ce SNP dans 20 études (20 913 cas d'infarctus du myocarde, 95 407 contrôles). Deuxièmement, nous avons aussi utilisé un indice génétique consistant en 14 SNPs communs qui s'associent uniquement avec le HDL cholesterol et testé cet indice sur 12 482 cas d'infarctus du myocarde, et 41 331 contrôles. Comme contrôle positif, nous avons également testé un indice génétique consistant en 13 SNPs communs uniquement associés au LDL cholestérol.

Les porteurs de l'allèle LIPG 396Ser (fréquence: 2,6%) ont montré un niveau de HDL cholestérol plus élevé (>0,14 mmol/L; p=8x10-13), mais des niveaux similaires de facteurs [non-lipidiques et lipidiques] de risque d'infarctus du myocarde par rapport aux non - porteurs. Cette différence en HDL-cholestérol est supposément associée à un risque diminué d'infarctus de 13% [rapport de cotes (OR) = 0,87; IC 95% 0,84-0,91]. Cependant, nous avons noté que l'allèle 396Ser n'était pas associé à un risque d'infarctus du myocarde [0R=0,99; IC 95% 0,88-1,11; p=0,85].
Des observations épidémiologiques montrent qu'une augmentation d'une valeur d'une (1) Déviation Standard (SD) en HDL-cholestérol est associé à une réduction du risque d'infarctus du myocarde (OR=0,62; IC 95% 0,58-0,66). Cependant, une augmentation équivalente à une (1) SD en HDL cholestérol due à un indice génétique donné n'était pas associé à un risque d'infarctus du myocarde (OR=0,93; IC 95% 0,68-1,26; p=0,63). Pour le LDL cholestérol, l'estimation à partir d'une observation épidémiologique [une élévation d'une valeur d'une (1) SD en LDL cholestérol associée avec un OR=1,54; IC 95% 1,45-1,63] était concordante avec l'estimation de l'indice génétique [OR=2,13; IC 95% 1,69-2,69; p=2x10-10].

Certains mécanismes génétiques produisant une élévation du HDL cholestérol plasmatique ne semble pas baisser le risque d'infarctus du myocarde. Ces données sont en contradiction avec le concept selon lequel une élévation du HDL cholestérol plasmatique se traduit de manière uniforme par une réduction du risque d'infarctus du myocarde. Benjamin F Voight PhD et al, in The Lancet, Early Online Publication, 17 May 2012

Source: www.thelancet.com / Traduction et adaptation: NZ
Enregistrer un commentaire