Pages vues le mois dernier

lundi 14 mai 2012

Métabolisme du fer et syndrome des ovaires polykystiques

Dépistage et conduite à tenir en cas de sydrome des ovaires polykystiques (SOPK).
Source:http://titan.medhyg.ch/mh/formation/article.php3?sid=33982
Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est associé à une résistance à l'insuline et une tolérance anormale au glucose. Une surcharge en fer peut aussi conduire à une résistance à l'insuline et au diabète. Les niveaux de ferritine sérique sont augmentés dans le SOPK, plus spécialement quand la tolérance au glucose est anormale; suggérant une surcharge modérée en fer. Les facteurs contribuant à une potentielle surcharge en fer incluent l'effet d'épargne du fer accompagnant les troubles menstruels chroniques, l'insulino-résistance, et une diminution de l'hepcidine menant à une augmentation de l'absorption du fer. Une amplification de l'érythropoïèse par un excès d'androgènes est peu probable, parce que les récepteurs solubles à la ferritine ne sont pas augmentés dans le SOPK.

Des recherches devront être entreprises dans le domaine des effets à long terme du traitement du SOPK sur la surcharge en fer, et, inversement, des possibles effets des stratégies visant à diminuer le fer sur la tolérance au glucose chez les patients atteints de SOPK. Héctor F. Escobar-Morreale, in Trends in Endocrinology and Metabolism, online 9 May 2012, in press

Source: www.sciencedirect.com / Traduction et adaptation: NZ




Enregistrer un commentaire