Pages vues le mois dernier

vendredi 1 juin 2012

Evolution globale du cancer selon l'Index de Développement Humain [Human Development Index] (2008 - 2030): étude de population

"Je vais guérir le cancer en 2030". Source:  http://rlv.zcache.com/i_will_cure_cancer_2030_tshirt-p235527423885591120trlf_400.jpg
Le cancer est en passe de devenir une cause majeure de morbidité et de mortalité dans les décennies à venir dans chaque région du monde. Notre but était d'évaluer les tendances prises par l'évolution de la prévalence du cancer, selon les niveaux de développement humain.

Nous avons utilisé 4 niveaux (faible, moyen, haut, très haut) définis par l'Index de Développement Humain - Human Development Index dans le texte - (HDI), un indicateur composite de l'espérance de vie, du niveau d'éducation, du Produit Intérieur Brut par habitant; afin de mettre en lumière les évolutions du cancer en 2008 (sur la base des estimations GLOBOCAN) et les tendances 1988 - 2002 (sur la base des données publiées sur l'Incidence du Cancer dans les cinq Continents), et de produire un scénario de prospective de ce que sera la charge représentée par le cancer en 2030, selon les projections des prévisions d'évolution de la démographie per se et les tendances prises par l'incidence des différents types de cancers (classement selon les sites de l'organisme humain atteints). 

Dans les régions au plus haut niveau de HDI, les cancers du sein - chez la femme -, du poumon, du colon - rectum, et de la prostate, ont compté pour la moitié de la charge du cancer en 2008; alors que dans les régions à niveau moyen de HDI, les cancers de l'oesophage, de l'estomac et du foie étaient également fréquents. Pris ensemble, ces sept cancers comptent en 2008 pour 62 % du fardeau total du cancer dans les régions à HDI moyen à très élevé.
Dans les régions à faible HDI, le cancer du col de l'utérus s'est montré plus fréquent que les cancers du sein et du foie pris ensemble.
Parmi les neuf différents cancers les plus fréquemment diagnostiqués chez l'homme dans les 184 pays pris en considération, les cancers de la prostate, du poumon et du foie étaient les plus communs.
Les cancers du sein et du col de l'utérus étaient les cancers les plus communs identifiés chez la femme.
Dans les milieux à HDI moyen et élevé, la baisse de l'incidence des cancers du col de l'utérus et de l'estomac  semblaient contrebalancée  par l'incidence plus élevée des cancers du sein - chez la femme -, de la prostate et du colon - rectum. Si les tendances spécifiques prises par l'incidence globale du cancer - y compris les spécificités liées au sexe - continuent à évoluer dans le même sens, nous prédisons une incidence du cancer (tous types confondus) passant de 12,7 millions de cas nouveaux en 2008 à 22,2 millions en 2030.

Nos résultats suggèrent que l'évolution sociale et économique dans beaucoup de pays permet d'observer une baisse des cancers dus aux infections, contrebalancée par un nombre croissant cas nouveaux associés aux paramètres suivants: sexualité, régime alimentaire, hormones. Des interventions ciblées peuvent conduire à une révision à la baisse des prévisions de croissance de la charge causée par le cancer, notamment par la prise de mesures primaires de prévention, et par la mise en place de campagnes de vaccination, de dépistage précoce et de programmes de traitement efficaces. Dr Freddie Bray PhD et al, in The Lancet, Early Online Publication, 1 June 2012

Source: www.thelancet.com / Traduction et adaptation: NZ
Enregistrer un commentaire