Nombre total de pages vues

mercredi 18 juillet 2012

Ecologie marine et terrestre: concepts d'unification, mise en lumière de différences

Gorgones Ellisella ceratophyta par 18 m de fond à Lifou, Nouvelle Calédonie, DOM-TOM France. Cliché IRD Photothèque, Pierre Laboute.
"En milieu marin, la disparition d'une espèce clef de voûte - dont la disparition provoque de profondes modifications de l'écosystème - peut être encore plus visible qu'en milieu terrestre, car les aires de distribution sont plus étendues: quelques milliers de kilomètres en mer contre quelques dizaines de kilomètres sur les continents. (...)."
Source iconographique et légendaire:   http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosbiodiv/
Dans quelle mesure des processus écologiques similaires agissent sur terre et en mer a été l'objet de nombreux débats, avec en apparence des différences "fondamentales" qui s'estompent une fois émises les comparaisons appropriées. 
Cependant, l'écologie marine et terrestre se sont développées selon deux démarches intellectuelles distinctes, ce qui a constitué un frein dans la recherche de modèles et de mécanismes généraux. Ici, nous montrons que les études comparatives écologie marine - écologie terrestre peuvent être extrêmement utiles à la mise en lumière de mécanismes, quand elles prennent en compte des facettes de l'environnement cruciales pour la mise à l'étude d'une hypothèse donnée. 
De fait, la distinction binaire maritime - terrestre induit une mise à l'écart de nombreuses opportunités de comparaisons intéressantes, dont certaines sont évoquées ici. L'augmentation du flux de concepts, d'hypothèses, et de données entre les écologistes marins et terrestres est essentielle à la mise en évidence de différences réellement importantes. Thomas J. Webb, in Trends in Ecology and Evolution - 1559, online 13 July 2012, in press

Source: www.sciencedirect.com / Traduction et adaptation: NZ