Nombre total de pages vues

jeudi 23 août 2012

Dose de radiations administrées au niveau du pancréas et risque de diabète mellitus chez des enfants survivants au cancer: étude rétrospective de cohorte

Carcinome du pancréas. Source:  http://www.inserm.fr/thematiques/cancer/dossiers/cancer-du-pancreas 
Les enfants et jeunes adultes subissant un traitement de radiothérapie au niveau du corps entier ou au niveau de l'abdomen, montrent un risque accru d'insulino-résistance et de diabète mellitus. Cependant, les effets d'une irradiation du pancréas sur les risques de développer un diabète sont peu connus. Nous avons étudié la relation existant entre une exposition aux radiations et l'apparition du diabète sur une vaste cohorte d'enfants survivants à un cancer à long terme.

Nous avons envoyé un questionnaire à 3468 survivants d'un cancer infantile, traités dans 8 centres en France et au Royaume-Uni entre 1946 et 1985; 2520 questionnaires sur les 3468 envoyés nous ont été retournés. Chaque auto - déclaration de diabète était contrôlée par le médecin traitant du patient. Nous avons estimé la dose de radiation reçue au niveau de la queue, de la tête, et du corps du pancréas à l'occasion de chaque séance de radiothérapie de 1990 à 1995 pour chaque enfant, par reconstitution des conditions auxquelles les  radiations étaient administrées. Nous avons étudié la relation entre la dose de radiation reçue et le risque de diagnostic d'un diabète subséquent.

65 cas de diabète ont été validés. Le risque de diabète a considérablement augmenté avec les doses de radiations reçues au niveau de la queue du pancréas - où se concentrent le plus grand nombre d'îlots de Langherans - jusqu'à des doses de 20-29 Gy; pour atteindre ensuite un plateau à de plus fortes doses. Le risque estimé à 1 Gy était de 1,61 [Intervalle de Confiance à 95% (IC 95%): 1,21-2,68]. La dose de radiations administrées au niveau d'autres zones du pancréas n'a pas eu d'effet significatif. En comparaison des patients qui n'ont pas reçu de radiothérapie, le risque relatif de diabète était de 11.5 [IC 95%: 3,9-34,0] chez des patients recevant 10 Gy ou plus de radiations. Les résultats restaient inchangés après ajustement pour le BMI, malgré un effet propre important [p<0.0001]; et étaient similaires chez les hommes et chez les femmes. Les enfants de moins de 2 ans au moment de la radiothérapie étaient plus sensibles aux radiations que les patients plus âgés (risque relatif à 1 Gy: 2,1 [IC 95%: 1.4-4,3] versus 1,4 [IC 95%: 1,1-2,2] chez les patients plus âgés; p=0,02 pour la différence). Pour les patients qui avaient reçu plus que 10 Gy au niveau de la queue du pancréas, l'incidence cumulée de diabète était de 16% (IC 95%: 11-24).

Notre étude fournit des preuves de l'existence d'une relation de dose réponse entre exposition du pancréas aux radiations et risque subséquent de diabète. Du fait des risques observés et de la fréquence du diabète dans la population générale, ce résultat soulève d'importantes questions de santé publique. Le pancréas nécessite d'être considéré comme un organe critique lors de toute planification de traitement de radiothérapie, en particulier chez les enfants. Le suivi de patients qui ont reçu une irradiation abdominale devrait systématiquement inclure les tests de dépistage du diabète. Dr Florent de Vathaire PhD, in The Lancet Oncology, Early Online Publication 23 August 2012, in press

Financement: Ligue Nationale Contre le Cancer, Institut de Recherche en Santé Publique, Programme Hospitalier de Recherche Clinique, Institut National du Cancer, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, Fondation Pfizer pour la santé de l'enfant et de l'adolescent

Source: www.thelancet.com / Traduction et adaptation: NZ