Nombre total de pages vues

jeudi 30 août 2012

Prévalence et facteurs de risque de résistance à un traitement de deuxième ligne chez des personnes atteintes de tuberculose multirésistante dans 8 pays: étude propective de cohorte

Prévalence de la tuberculose multirésistante parmi les nouveaux cas de tuberculose entre 1994 et 2002, et pays avec au moins un cas rapporté de tuberculose ultrarésistante (situation en janvier 2007). in Revue Médicale Suisse Vol 4: 34-39, 2008
Source iconographique et légendaire:  http://rms.medhyg.ch/article_p.php?ID_ARTICLE=RMS_139_0034

La prévalence d'une incidence élevée de tuberculose pharmacorésistante est en augmentation, dû à une utilisation accrue de médicaments de deuxième ligne chez des personnes atteintes de pathologies à bactéries multirésistantes (MDR). Nous avons étudié de manière prospective la résistance à l'administration de traitements de deuxième ligne conte la tuberculose dans 8 pays. 

Du 1er janvier 2005 au 31 décembre 2008, nous avons recruté des adultes atteints de tuberculose pulmonaire MDR localement confirmée, en début de traitement de deuxième ligne en Estonie, Lettonie, Pérou, Philippines, Russie, Afrique du Sud, Corée du Sud et Thaïlande. Les tests de sensibilité aux antituberculeux, nécessaires à la conduite de cette étude, étaient effectués de des Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies, sur 11 médicaments de première ligne et de deuxième ligne. Nous avons comparé les résultats avec les données existantes pour identifier les facteurs cliniques et épidémiologiques de risque de  résistance aux médicaments de deuxième ligne dans la tuberculose multirésistante. 

Parmi les 1278 patients recrutés, 43,7% ont montré une résistance à au moins un médicament de deuxième ligne, 20,0% à au moins un médicament injectable, et 12,9% à au moins une fluoroquinolone. 6,7% des patients étaient atteints de tuberculose multirésistante (variabilité intra-site de l'étude 0,8-15,2%). Le précédent traitement effectué avec des médicaments de deuxième ligne a constitué le facteur de risque le plus élevé de résistance à ces médicaments, avec un risque de tuberculose multirésistante multiplié par quatre. La résistance à la fluoroquinolone et la tuberculose multirésistante étaient plus fréquents chez les femmes que chez les hommes. Le chômage, l'abus d'alcool, et le tabagisme étaient associés à la résistance aux médicaments injectables de deuxième ligne dans tous les pays participants. D'autres facteurs de risque ont montré des différences, en fonction des médicaments et des pays. 

Un traitement préalable effectué avec des médicaments de deuxième ligne constitue un facteur de risque élevé de résistance à ces médicaments, pour ce qui est de la tuberculose multirésistante. Les résultats des tests de sensibilité aux médicaments pourraient guider les politiques locales en matière d'équipement de laboratoire et les stratégies en matière de diagnostic. Dr Tracy Dalton PhD et al, in The Lancet, Early Online Publication, 30 August 2012, in press

Source: www.thelancet.com / Traduction et adaptation: NZ