Nombre total de pages vues

jeudi 29 novembre 2012

Voies de signalisation IGF-1 et BRCA1 et cancer familial

7% à 8% des femmes atteintes d'un cancer du sein sont porteuses de mutation du gène BCRA1 ou BCRA2.
Sources iconographiques et légendaires:  http://quadrature.over-blog.com/, rapports du comité d'oncogénétique de l'Institut National du Cancer 2009 - 2010

Le système des facteurs de croissance analogues de l’insuline (IGF) produit un effet direct sur la prolifération cellulaire et la survie ; avec des intéractions sur des facteurs génétiques et environnementaux impliqués dans le développement du cancer. Des évidences expérimentales, cliniques et épidémiologiques montrent que les voies de signalisation IGF représentent d’importants médiateurs dans la chaîne des évènements biochimiques et moléculaires menant une cellule phénotypiquement normale vers la transformation en cellule à caractère néoplasique. Les gènes BRCA1 et BRCA2 jouent un rôle important dans le développement des cancers du sein et de l’ovaire sporadiques et à caractère héréditaire. De récentes évidences suggèrent que le risque de cancer dû aux mutations des gènes BCRA peut être modifié par des facteurs génétiques et environnementaux, dont les concentrations en IGF-1 et les polymorphismes des différents composants du système IGF. Cette revue de littérature dresse la liste des intéractions existant entre les voies de signalisation IGF et BRCA1, en mettant l’accent sur la convergence entre la survie cellulaire médiée par IGF-1, les voies prolifératives, et les voies de protection tumorale médiées par BRCA1. La compréhension des complexes intéractions entre ces différentes voies de signalisation pourrait améliorer notre compréhension des bases moléculaires qui sous-tendent les processus de l'oncogénèse et aider à identifier de nouvelles cibles moléculaires, des biomarqueurs prédictifs, ainsi que des approches d’optimisation des thérapies anticancéreuses.  Prof Haim Werner PhD, Ilan Bruchim MD, in The Lancet Oncology, Volume 13, issue 12, Pages e537 – e544, December 2012

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ