Nombre total de pages vues

vendredi 7 décembre 2012

Thérapie cognitivo-comportementale en complément d’une pharmacothérapie comme soins primaires chez des patients avec résistance à traitement antidépresseur conventionnel : résultats de l’essai randomisé contrôlé CoBalT

La thérapie cognitivo - comportementale est également cardinale, en complément des prescriptions classiques dans le traitement de l'obésité. In Revue Médicale Suisse N° 242, 31 mars 2010
Source:   http://revue.medhyg.ch/article.php3?sid=34800

Seulement un tiers des patients atteints de dépression répondent pleinement à un traitement antidépresseur basé sur la pharmacopée disponible; il n’existe toutefois que peu de données permettant d’indiquer les orientations nouvelles pour ce qui est des techniques nouvelles de soins à prodiguer chez les patients réfractaires aux traitements traditionnels. L’essai  CoBalT a eu pour but d’examiner l’efficacité d’une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) en complément d’un traitement classique (incluant une pharmacothérapie) comme soins primaires chez des patients atteints de dépression réfractaire à un traitement classique, en comparaison du traitement classique seul.

Cet essai multicentrique randomisé contrôlé, à deux groupes parallèles, a recruté 469 patients âgés de 18 à 75 ans, atteints de dépression réfractaire à un traitement classique (sous antidépresseurs depuis plus de 6 semaines, avec un score de dépression de Beck supérieur à 14 [BDI] ; atteints d’une pathologie dépressive, classée « dépression » selon les Critères de Classification Internationale des Maladies CIM-10/ICD-10), provenant de 73 centres de consultation en médecine générale basés au Royaume – Uni. Les participants ont été randomisés à l’aide de codes générés  par ordinateur (stratifiés par centre et minimisés en fonction du score BDI à la ligne de base, de la présence ou l’absence d’un conseiller de consultation de médecine générale, de l’historique personnel de prise de traitements à base d’antidépresseurs,  et de la durée du présent épisode de dépression) dans l’un des deux groupes : (1) traitement classique ou (2) TCC en complément au traitement classique ; et soumis à suivi sur une période de temps allant jusqu’à 12 mois. Du fait de la nature de l’intervention, il n’était pas possible de masquer l’allocation des traitements ni aux participants, ni aux médecins généralistes, ni aux thérapeutes  TCC, ni aux chercheurs. Les analyses ont été effectuées sur population en intention de traiter. Le principal paramètre mesuré était la réponse, définie comme une diminution d’au moins 50% des symptômes propres à la dépression (score BDI) à 6 mois, en comparaison de la ligne de base. (…).

Entre le 4 novembre 2008 et le 30 septembre 2010, nous avons recruté 235 patients pour soumission à des soins classiques, et 234 patients pour soumission à une TCC plus soins classiques. 422 participants (90%) ont répondu présent au suivi continu à 6 mois et 3936 (84%) au suivi à 12 mois; l’étude s’achevant le 31 octobre 2011. 95 participants (46%) du groupe d’intervention (avec complément TCC) ont satisfait aux critères de réponse à 6 mois, en comparaison des 46 (22%) du groupe soins classiques (rapport de cotes 3,26 ; Intervalle de Confiance – IC – 95% 2,10-5,06 ; p<0,001).   

Avant cette étude, aucune indication extraite d’études randomisées contrôlées effectuées à grande échelle n’était disponible pour ce qui est de l’efficacité d’une thérapie TCC en complément au traitement pharmacologique, représentant l’étape suivante dans les soins prodigués aux patients atteints de dépression et n’ayant pas répondu aux traitements pharmacologiques seuls. Notre étude apporte pour la première fois une solide évidence que la TCC comme adjonction aux soins classiques incluant des médicaments antidépresseurs est une démarche thérapeutique efficace, permettant de réduire les symptômes de dépression dans la population.  Dr Nicola Wiles PhD et al, in The Lancet, Early Online Publication, 7 December 2012, in press

Financement : NIHR Health Technology Assessment program – UK

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ