Nombre total de pages vues

jeudi 13 décembre 2012

Traitement adjuvant à base de docetaxel, doxorubicine, et cyclophosphamide dans le cancer du sein avec atteinte ganglionnaire : 10 années de suivi de l’essai randomisé de phase 3 BCIRG 001

Cancer du sein avec atteinte ganglionnaire. L'irradiation des aires ganglionnaires sus et sous-claviculaires se fait par un faisceau direct de photons (inclinaison de l'angle + / - 10 à 15° afin d'épargner la moëlle épinière). In Cancer Radiothérapie  Volume 14, Supplement 1, November 2010, Pages S136-S146
Source: http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1278321810700172

Nous avons comparé la chimiothérapie standard à base d’anthracycline avec la chimiothérapie combinée anthracycline-taxane chez des femmes atteintes d’un cancer du sein avec atteinte ganglionnaire opérable. Nous en rapportons ici le compte rendu final, 10 années d’analyse de suivi de survie dans récidive, de survie globale, et de sécurité à long terme.

BCIRG 001 était un essai multicentrique ouvert de phase 3, dans lequel 1491 patientes âgées de 18-70 ans atteintes d’un cancer du sein en phase précoce, avec atteinte ganglionnaire, et montrant un score de Karnofsky ≥ 80%, ont été désignées de manière aléatoire pour être soumises soit à un traitement adjuvant comprenant docetaxel, doxorubine et cyclophosphamide (TAC), soit à un traitement adjuvant comprenant fluorouracile, doxorubicine,  et cyclophosphamide (FAC) toutes les 3 semaines, sur 6 cycles. La randomisation a été stratifiée selon l’institution de provenance des patientes et le nombre de ganglions lymphatiques axillaires atteints par patiente (de un à trois versus quatre ou plus). La survie sans récidive était le paramètre principal mesuré, défini par l’intervalle de temps écoulé entre la randomisation et la rechute du cancer du sein, la déclaration d’un second cancer primaire, ou la mort – abstraction faite de l’évènement survenant en premier -. Les analyses d’efficacité étaient basées sur le principe de l’évaluation sur population en intention de traiter. (…).

Le recrutement des patients s’est échelonné entre le 11 juin 1997 et le 3 juin 1999 ; 745 patientes ont été désignées pour recevoir le traitement TAC et 746 patientes pour recevoir le traitement FAC.  Après un suivi d’une durée médiane de 124 mois (Intervalle Interquartile [IQR] 90-126), la survie sans récidive était de 62% (Intervalle de Confiance [IC] 95% 58-65) pour les patientes appartenant au groupe TAC et 55% (51-59) pour les patientes appartenant au groupe FAC (hazard ratio [HR] 0,80 ; IC 95% 0,68-0,93 ; valeur de p du test logarithmique par rangs [p log rang] = 0,0043). La survie globale à 10 ans était de 76% (IC 95% 72-79) pour les patients du groupe TAC et de 69% (65-72) pour les patients du groupe FAC (HR 0,74 ; 0,61-0,90 ; p log rang = 0,0020). Le traitement TAC a amélioré la survie sans récidive en comparaison du traitement FAC, abstraction faite des status ganglionnaire, des récepteurs hormonaux, HER2 ; bien  que les différences ne fussent pas toutes significatives dans les analyses de sous-groupes.  Des insuffisances cardiaques de grade 3-4 ont été relevées chez 36 (3%) patientes du groupe TAC et chez 17 (2%) patientes du groupe FAC. Une diminution significative de la fraction d’éjection ventriculaire gauche (définie comme une diminution relative de 20% ou plus par rapport à la ligne de base) a été observée chez 58 (17%) patientes recevant le traitement TAC et chez 41 (15%) patientes recevant le traitement FAC. Six patientes sous traitement TAC et trois patientes sous traitement FAC ont développé une leucémie ou une myélodysplasie.

Nos résultats fournissent l’évidence que le résultat thérapeutique initial observé à 5 ans de suivi de patientes sous traitement adjuvant à base de docetaxel, est maintenu à 10 ans. Cependant, un pourcentage important de patientes ont montré une diminution de la fraction d’éjection ventriculaire gauche, probablement due à la thérapie à base d’anthracycline, justifiant la mise en  place d’études nouvelles dans le futur.   Prof John R Mackey MD et al, in The Lancet Oncology, Early Online Publication, 12 December 2012, in press

Financement: Sanofi

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ