Nombre total de pages vues

mardi 27 août 2013

Concentrations en lipoprotéine (a), taille des isoformes, et risque de diabète de type 2: étude mendélienne de randomisation

De basses concentrations en lipoprotéine (a) dans le plasma sont associées à un risque augmenté de diabète de type 2 ; on ne sait toutefois si une relation causale les relie. Des variations du gène LPA affecte la taille des isoformes et leur concentration plasmatique. Nous avons donc entrepris une étude de randomisation mendélienne afin de définir si une isoforme de grande taille, ou de basses concentrations plasmatiques, ou les deux à la fois; peuvent être impliquées dans le diabète de type 2.

Nous avons évalué des données chez des adultes originaires du Danemark recrutés au préalable dans l’étude City Heart Study effectuée à Copenhagen et la Copenhagen General Population Study, atteints ou non de diabète de type 2. Les participants éligibles avaient subi des analyses de concentration en lipoprotéine (a) plasmatique, des séquences répétées LPA kringle IV type 2 (KIV-2) en tandem (affectant à la fois la taille de l’isoforme et les concentrations plasmatiques), et le statut du transporteur du polymorphisme à nucléotide simple (SNP) LPA rs10455872 (affectant principalement les concentrations plasmatiques).

77 901 sujets avaient subi des analyses de concentrations plasmatiques en lipoprotéine (a) ; 28 657 d’entre eux (36,7%) ont été testés sur trois échantillons sanguins différents. Des concentrations basses en lipoprotéine (a) étaient associées à un risque de diabète de type 2, avec des odds ratios ajustés de 1,26 (1,09 – 1,45) ; 1,17 (1,01 – 1,36) ; 1,05 (Intervalle de Confiance – IC – 95% 0,90 – 1,22), respectivement, pour les quintiles  1-4, en comparaison des concentrations du quintile 5. Des séquences riches en KIV-2 répétées en tandem étaient associées à un risque de diabète de type 2 (odds ratio ajusté 1,16 ; IC 95% 1,05 – 1,28) pour KIV-2 quintile 5 versus quintiles 1-4 combinés. Le transporteur de rs10455872 n’a pas affecté en soi le risque de diabète de type 2. Pour diminuer de moitié les concentrations en lipoprotéine (a), l’odds ratio estimé de la variable causale du diabète de type 2 était de 1,15 (IC 95% 1,05 – 1,27) pour ce qui est des séquences répétées en tandem KIV-2; et de 0,99 pour le génotype rs10455872.

Des concentrations basses en lipoprotéine (a) ne semblent pas en soi être en cause dans le diabète de type 2 ; toutefois un lien causal entre des isoformes de lipoprotéine (a) de grande taille ne peut être exclu. Pia R Kamstrup MD, Prof Børge G Nordestgaard MD, in The Lancet Diabetes & Endocrinology, Early Online Publication, 27 August 2013

Financement : Danish Heart Foundation, Danish Council for Independent Research – Medical Sciences, IMK Almene Fund, and Johan and Lise Boserup’s Fund

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ