Nombre total de pages vues

mardi 10 septembre 2013

Administration de bevacizumab + capecitabine versus capecitabine seule chez des patients âgés atteints d’un cancer colorectal métastatique non préalablement traité (AVEX) : un essai de phase 3, ouvert et randomisé de phase 3

Tumeur colorectal et infiltration lymphocytaire.
Source iconographique et légendaire: http://www.inserm.fr/thematiques/cancer/dossiers/cancer-colorectal
Les sujets âgés sont souvent sous-représentés dans les essais cliniques effectués chez des patients atteints de cancer colorectal métastatique. Notre but était d’étudier l’efficacité et la sécurité de l’administration de bevacizumab + capecitabine en comparaison de l’administration de capecitabine seule chez des patients âgés atteints de cancer colorectal métastatique.

Dans cet essai de phase 3, ouvert et randomisé, des patients âgés de 70 ans et plus atteints de cancer colorectal métastatique non résécable et non préalablement traité, ne pouvant être intégrés dans des protocoles de chimiothérapie à base d’oxaliplatine ou d’irinotecan, étaient répartis de manière aléatoire sous ratio 1:1 par un système vocal intéractif de collecte de réponses, stratifiés selon leur indice de performance et leur région géographique d’origine. Le traitement comprenait capecitabine (1000 mg/m2 deux fois par jour les jours 1-14) seule ou avec bevacizumab (7,5 mg/kg par voie intraveineuse au jour 1), administré toutes les 3 semaines jusqu’à progression de la maladie, effets toxiques intolérables, ou retrait de consentement. Les analyses d’efficacité ont été effectuées sur population en intention de traiter. Le critère principal d’efficacité relevé était la survie sans progression de la maladie. (…)

Du 9 juillet 2007 au 14 décembre 2010, 280 patients de 76 ans d’âge médian (écart : 70 – 87) ont été recrutés sur 40 sites situés dans dix pays. Les patients ont été répartis de manière aléatoire pour recevoir bevacizumab + capecitabine (n=140) ou capecitabine seule (n=140). La survie sans progression de la maladie était significativement plus longue avec le traitement bevacizumab + capecitabine qu’avec capecitabine seule (survie médiane : 9,1 mois [Intervalle de Confiance – IC – 95% 7,3 – 11,4] versus 5,1 mois [4,2 – 6,3] ; hazard ratio 0,53 [0,41 – 0,69] ; p<0,0001). Les événements indésirables de grade 3 ou plus liés aux traitements sont survenus chez 53 (40%) patients dans le groupe cocktail* et 30 (22%) patients dans le groupe capecitabine ; le nombre d’événements indésirables graves liés aux traitements s’élevant à 19 (14%) et 11 (8%) respectivement. Les événements indésirables de grade 3 ou plus les plus communément relevés reliés au bevacizumab ou chimiothérapie étaient syndrome main-pied (21 [16%] versus neuf [7%]), diarrhée, (neuf [7%] versus neuf [7%]) et événements thromboemboliques (11 [8%] versus 6 [4%]). Les décès liés aux traitements sont survenus chez cinq patients du groupe cocktail et chez quatre patients du groupe capecitabine. L’événement indésirable le plus communément observé, indépendamment du grade, relié au bevacizumab était hémorragie (34 [25%] versus neuf [7%]).

Le cocktail bevacizumab + capecitabine est un protocole efficace et bien toléré chez les patients âgés atteints d’un cancer colorectal métastatique. Prof David Cunningham MD et al, in The Lancet Oncology, Early Online Publication, 10 September 2013

*cocktail= bevacizumab + capecitabine

Financement: Hoffmann-La Roche

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ