Nombre total de pages vues

lundi 30 septembre 2013

Étude de l’efficacité à l’échelon d’une population de l’efficacité du programme de prévention du VIH « Avahan » en Inde du Sud : analyse d’un modèle pré-planifié basé sur de nouvelles inférences causales

Transmission du VIH-1. Représentation schématique des mécanismes de transmission du VIH-1 à travers les différents types de muqueuses. In Revue Francophone des Laboratoires, Issue 410, March 2009, Pages 45 - 54
Source iconographique et légendaire: http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1773035X09716818
« Avahan », l’initiative de la Fondation Bill & Melinda Gates contre le Sida en Inde, était une initiative d'intervention de prévention du VIH à grande échelle. Notre but était d’étudier sa globale efficacité par l'estimation du nombre et de la proportion d’infections VIH évitées au niveau de tous les districts « Avahan », en fonction des interventions reliées aux inférences causales.

Nous avons créé un modèle mathématique de transmission du VIH chez les groupes à haut risque de la population générale, à l’aide de données extraites d’enquêtes transversales (modèle intégré incluant des mesures comportementales et biologiques - IBBAs dans le texte -) dans un cadre Bayesien, que nous avons utilisé pour reproduire les tendances de prévalence du VIH chez les travailleuses (femmes) du sexe et leurs clients, chez les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, et dans la population générale dans 24 districts d’Inde du Sud sur les 4 dernières années (2004-07 ou 2005-08 selon le district concerné, ainsi que les 10 années au complet (2004-13) de l'initiative « Avahan ». Nous avons testé si ces tendances de prévalence du VIH étaient en cohérence avec les déclarations auto-reportées d’amplification (augmentation) du port du préservatif à la suite de l’implémentation du programme « Avahan » par rapport à la situation contrefactuelle (à supposer que le port avéré du préservatif  avait augmenté à des taux plus bas au cours de la période précédent celle de l’étude « Avahan », c.à.d au cours de la période « pré – Avahan ») en utilisant un facteur de Bayes, pourvoyeur d’un facteur indiquant une probabilité estimée d’efficacité. À l’aide d’une analyse de régression, nous avons extrapolé les effets de prévention dans les districts couverts par IBBAs pour les 69 districts « Avahan ».

Dans 13 des 24 districts IBBA, le modèle a suggéré que l’évidence d’augmentation du port du préservatif selon les informations d’auto-évaluation rapportées  était moyennement à fortement significatif depuis l’implémentation de « Avahan ». Dans les 11 districts IBBA restants, l’évidence était plus faible, du fait que le port avéré du préservatif était déjà élevé avant la mise  en place d’« Avahan ». Environ 32 700 infections VIH (Intervalle de Confiance – IC – 95% 17 900 – 61 600) ont été évitées au cours des 4 premières années du programme dans les districts IBBA avec  (significativité d’évidence moyenne à forte). L’addition des districts à évidence plus faible a établi le total d’infections VIH évitées à 62 800 (32 000 – 118 000) ; l’extrapolation produite à partir de ces données a fourni  l’évaluation de 202 000 (98 300 – 407 000) infections évitées à travers les 69 districts « Avahan » d’Inde du Sud, atteignant 606 000 (290 000 - 1 193 000) sur 10 ans. Au cours des 4 premières années du programme, 42% des infections à HIV ont été évitées, 57% sur une période de 10 ans.

Il s’agit de la première étude d’évaluation de l'initiative « Avahan » utilisant la méthode des inférences causales dans le calcul des effets d’intervention, à savoir du changement des comportements à risque chez les travailleuses du sexe (femmes) et des hommes à haut-risque qui ont des relations sexuelles avec des hommes ; permettant ce faisant d’éviter les infections au VIH au niveau de ces groupes et de la population générale. Ces résultats suggèrent que de substantiels progrès en matière de prévention  peuvent être réalisés par l’adoption d’initiatives ciblées de prévention comportementales contre les infections au VIH. Michael Pickles PhD et al, dans The Lancet Global Health, publication en avant – première en ligne, 30 septembre 2013

Financement : Fondation Bill & Melinda Gates

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ