Nombre total de pages vues

lundi 17 mars 2014

Comparaison du fardeau pesant sur la communauté et de la gravité de la grippe saisonnière et pandémique : résultats de l’étude de cohorte « surveillance de l’influenza »

Grippe en France. Etat des lieux début février 2014. Globalement, la grippe saisonnière touche chaque année en France entre 2 et 15% de la population. (...)
Source iconographique et légendaire: http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/grippe-une-cuvee-2014-particulierement-severe-06-02-2014-1788824_57.php
L’étude de l’effet de la grippe sur les populations, incluant le risque d’infection – et de maladie si infection il y ainsi que le nombre de consultations médicales qui en résulte, est essentielle à l’information sur les contrôles futurs à opérer et sur la prévention. Notre but était de comparer la charge pesant sur la communauté et la gravité de la grippe saisonnière et pandémique selon l’âge et les années concernées, afin d’acquérir une connaissance meilleure de ce fardeau bien souvent sous-estimé.

À l’aide d’une sérologie pré-saisonnière et post-saisonnière, de comptes rendus hebdomadaires, et d’identification de la grippe par analyse RT-PCR effectuée sur prélèvement nasal, nous avons  suivi l’évolution saisonnière et de grippe pandémique sur cinq cohortes successives (Royaume – Uni 2006-11 ; suivi de 5448 sujets […]). Nous avons comparé le fardeau et la gravité des souches pandémiques. Nous avons pondéré les analyses en fonction de l’âge, et de la structure administrative de l’Angleterre en régions pour produire cinq estimations représentatives sur le plan national. Nous avons comparé les profils de symptômes sur la première semaine de maladie en rapport à différentes souches de grippe confirmées par PCR, et de virus non-grippaux à l’aide d’une régression logistique ordinale avec usage de la mesure de la gravité du symptôme comme variable d’évaluation.

Sur la base de l’observation d’une augmentation de 4 fois du titre sérologique spécifique à la souche, l’épidémie touche en moyenne 18% (Intervalle de Confiance [IC] 95% 16-22) des personnes non vaccinées chaque année. Parmi les personnes infectées, nous avons observé 69 maladies respiratoires pour 100 personnes années atteintes de grippe en comparaison des 44 pour 100 non atteintes par la grippe. Le taux de déclaration de la maladie – si infection – était de 23 maladies déclarées pour 100 personnes par saison (13-34), suggérant que la plupart des personnes infectées par la grippe sont asymptomatiques. 25% (18-35) de toutes les personnes porteuses d’infection sérologiquement confirmée étaient atteintes de la maladie selon les mesures par PCR. Ces chiffres n’étaient pas significativement différents lorsque comparés à ceux relatifs à la grippe pandémique saisonnière. Des cas confirmés par PCR, les personnes infectées par la souche pandémique de 2009 ont montré des symptômes beaucoup moins graves que les personnes infectées avec le H3N2.

La grippe saisonnière ainsi que la souche pandémique de 2009 se sont caractérisées par des taux similaires d’infections avec, dans la plupart des cas, autosurveillance sans consultation médicale. Au sein de la communauté, la souche pandémique de 2009 a causé des symptômes plus légers que le H3N2 saisonnier. Dr Andrew C Hayward MD, The Lancet Respiratory Medicine, publication en ligne en avant – première, 17 mars 2014

Financement : Medical Research Council and the Wellcome Trust


Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ