Nombre total de pages vues

jeudi 26 février 2015

#trendsinendocrinologyandmetabolism #biliverdineréductase #biliverdine #bilirubine #BVR #BVRA #BVRB #catabolisme #métabolisme Isozymes de la biliverdine réductase dans le métabolisme

Structure de la biliverdine réducatse A humaine en cristallographie.
Source iconographique et légendaire: http://en.wikipedia.org/wiki/Biliverdin_reductase 
Les isozymes de la biliverdine réductase (BVR) BVRA et BVRB sont des récepteurs de la membrane cellulaire porteurs de fonctions pléiotropiques. Cette revue de littérature compare, pour la première fois, les différences structurelles et fonctionnelles entre les isozymes. Elles réduisent la biliverdine - sous-produit du catabolisme de l’hème - en bilirubine, montrent une activité kinase ; en outre, BVRA agit également comme facteur de transcription, propriété que ne possède pas BVRB. Les motifs de liaison présents dans les isozymes BVR permettent permettent une large palette d’interactions avec des composantes d’importantes voies de signalisation métabolique comme les cascades kinasiques* du récepteur à insuline, les protéines kinases (PKs), ainsi que les médiateurs de l’inflammation. De plus, les niveaux sériques de bilirubine se révélés négativement associés obésité abdominale et hypertriglycéridémie. Nous discutons de l’impact des isozymes BVR sur le métabolisme, et de leur potentiel en termes de cibles thérapeutiques. Luke O’Brien et al, dans Trends in Endocrinology and Metabolism, publication en ligne en avant – première, 25 février 2015

*Les protéines kinases sont des enzymes qui catalysent le transfert d'un groupe phosphate de l'adénosine triphosphate (ATP) sur l'hydroxyle (groupe -OH) des chaînes latérales des acides aminés ayant une fonction alcool : sérine, thréonine et tyrosine. (Wikipedia)

Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ