Nombre total de pages vues

lundi 29 juin 2015

#thelancet #scléroseenplaques #SEP #méthylprednisolone #voireorale #voieintraveineuse Methlyprednisolone per os versus methylprednisolone par voie intraveineuse pour le traitement de patients atteints de sclérose en plaques récidivante : essai de non infériorité randomisé, contrôlé en double – aveugle

Représentation d'une segmentation de la substance grise (marron) d'un cerveau de patient atteint de sclérose en plaques (SEP) et des structures sous-corticales et des lésions de SEP (mauve). Copyright Inserm, G. Kocevar
Source iconographique et légendaire: http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/sclerose-en-plaques-sep 
De hautes doses de méthlylprednisolone par voie intraveineuse sont recommandées pour le traitement des récidives chez des patients atteints de sclérose en plaques, toutefois, cette démarche n’est ni très pratique ni très avantageuse sur le plan du coût. Ainsi, nous avons étudié si l’administration per os de méthylprednisolone à hautes doses était non inférieure à son administration par voie intraveineuse.

Nous avons effectué cet essai multicentrique de non-infériorité, randomisé et contrôlé en double – aveugle dans 13 centres de traitement de la sclérose en plaques situés en France. Nous avons recruté des patients âgés de 18-55 ans atteints de sclérose en plaques cyclique ayant fait état de récidive produisant une élévation d’au moins un point sur l’échelle élaborée d’incapacités de Kurtzke dans les quinze derniers jours. À l’aide d’une liste de randomisation par blocs de quatre générée par ordinateur, nous avons réparti les patients (1:1) de manière aléatoire en deux groupes, pour recevoir de 1000 mg par jour de méthylprednisolone pendant trois jours, soit per os, soit par voie intraveineuse. Ni les patients, ni les médecins investigateurs, ni le personnel infirmier, ni les gestionnaires des données recueillies, ni les évaluateurs des résultats, n’avaient accès au tableau de randomisation. L’aveugle était réalisé soit à l’aide de solution saline, soit à l’aide de comprimés placebo. Le critère principal d’évaluation était la proportion de patients améliorés au jour 28 (diminution d’au moins d’un point du paramètre le plus atteint sur l’échelle de Kurtzke), sans nécessité de réadministration de corticostéroïdes, dans la population per-protocole.  L’essai devait pouvoir détecter la non-infériorité de l’administration orale versus l’administration par voie intraveineuse de méthylprednisolone, avec une marge de non-infériorité prédéterminée de 15% (…).

Entre le 29 janvier 2008 et le 14 juin 2013, nous avons dépisté 200 patients et en avons recruté 199. Nous avons assigné 100 patients à la méthylprednisolone per os et 99 patients à la méthylprednisolone par voie intraveineuse, avec un temps moyen écoulé de 7 jours entre la récidive et le début du traitement (Déviation Standard [DS] 3.6) et 7.4 jours (3.9), respectivement. Dans la population per-protocole, 66 (81%) des 82 patients du groupe per os et 72 (80%) des 90 patients du groupe voie intraveineuse ont satisfait au critère principal d’évaluation (à savoir différence absolue entre les traitements de 0.5%, Intervalle de Confiance [IC] 90% de -9.5 à 10.4). Les taux d’événements indésirables étaient similaires, mais l’insomnie était plus fréquemment rapportée dans le groupe per os (77 [77%]) que dans le groupe par voie intraveineuse (63 [64%]).

L’administration per os de méthylprednisolone à haute dose pendant 3 jours n’était pas inférieure à son administration par voie intraveineuse, pour ce qui est de l’amélioration des scores d’incapacité un mois après administration des traitements; et elles présentaient les mêmes profils de sécurité.  Ce résultat pourrait avoir des implications pour ce qui est des accès aux traitements, le confort du patient, le coût, mais l’indication devrait toujours être correctement examinée par les cliniciens. Emmanuelle Le Page, MD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 28 juin 2015

Financement : Ministère de la Santé (France), Ligue Française contre la SEP, Teva

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire