Nombre total de pages vues

mercredi 9 septembre 2015

#thelancetinfectiousdiseases #grippe #vaccin #coût-efficacité Rapport coût-efficacité du vaccin inactivé contre la grippe à dose élevée versus dose standard chez des adultes âgés de 65 ans et plus : évaluation financière à partir de données extraites d’un essai randomisé contrôlé

Etendue de l'épidémie de grippe en France en Hiver 2015.
Source: http://i0.wp.com/www.pandemiedegrippe.com/wp-content/uploads/2015/02/Grippe-2015-en-France.jpg
La plupart des admissions et les décès saisonniers à l'hôpital dus sont à la grippe saisonnière sont à comptabiliser parmi les adultes âgés de 65 ans et plus. Les résultats de l’étude randomisée FIM 12 montrent qu’une dose élevée de vaccin inactivé contre la grippe est plus efficace qu’une dose standard de vaccin, pour la prévention de la grippe confirmée par des tests de laboratoire dans cette tranche d’âge. Notre but était d’évaluer l’impact économique de la vaccination contre la grippe à dose élevée versus vaccination contre la grippe à dose standard chez des participants à l’étude de population FIM 12.

FIM 12 était une étude comparative randomisée contrôlée dans laquelle 31 989 participants âgés de 65 ans et plus ont été répartis de manière aléatoire (1:1) pour recevoir soit le vaccin contre la grippe trivalent inactivé à dose élevée, soit le vaccin contre la grippe trivalent inactivé à dose standard sur deux saisons de grippe (2011-12 et 2012-13). Les données d’utilisation des ressources de santé, obtenues dans l’étude FIM 12 ont été résumées par groupes de personnes vaccinées. Les fonds nécessités, fournis par des sources standards de financement aux Etats-Unis, ont été appliqués à chaque poste de charge, vaccins inclus (vaccin à dose élevée : 31.82 $, dose standard : 12.04 $). Les données de maladie clinique ont été exprimées en fonction des données disponibles de qualité de vie des patients. L’horizon temporel était matérialisé par une saison de grippe ; cependant, la perte d’années de vie pondérée par la qualité (QALY) due aux décès au cours de l’étude étaient calculées sur la vie entière. Nous avons calculé l’augmentation des rapports coût-efficacité (ARCE) pour les doses élevées versus dose standard et avons utilisé les QALYs comme une issue de l’analyse coût-utilité. Nous avons entrepris une analyse de sensibilité probabiliste par autoamorçage, afin d’explorer l’effet d’une incertitude statistique sur l’étude des résultats.

La moyenne des coûts par participant était plus basse dans le groupe de vaccin à haute dose (1376.72 $ [Déviation Standard -DS- : 6857.59]) que dans le groupe de vaccin à dose standard (1492.64 $ [7447.14] ; différence -115.92 $ [Intervalle de Confiance -IC- de -264.18 à 35.48]). Les coûts pour la société se sont révélés plus bas dans le groupe « dose élevée » par rapport au groupe « dose standard » (1506.48 $ [DS 7305.19] versus 1634.50$ [7952.99] ; différence : -128.02 $ [IC 95% de -286.89 à 33.30]). Les admissions à l’hôpital ont représenté 95% des dépenses prises en charge par les autorités de santé et 87% des coûts pour la société. Le nombre moyen d’admissions à l’hôpital par participant était de 0.0937 (DS : 0.3644) dans le groupe « dose élevée » et de 0.1017 (0.3708) dans le groupe « dose standard » (différence : -0.0080, IC 95% de - 0.0160 à -0.0003). Le vaccin à haute dose a produit un gain en QALYs (moyenne : 8.1502 QALYs gagnées par participant [DS : 0.5693]) en comparaison du vaccin à dose standard (8.1499 [0.5697]) et ; a ce faisant dominé le vaccin à dose standard dans l’analyse coût-utilité du fait des économies réalisées. L’analyse de sensibilité probabiliste a montré que le vaccin à haute dose permet à 93% de faire des économies.

Le vaccin trivalent inactivé contre la grippe à haute dose représente une alternative moins coûteuse et plus efficace par rapport au vaccin à dose standard, avec pour force motrice une réduction des admissions à l’hôpital. Ces résultats sont pertinents et concernent les bénéficiaires de l’assurance maladie aux États-Unis, les fournisseurs, les payeurs, les organes de recommandation, spécialement ceux recherchant d’améliorer les résultats tout en maintenant les coûts.  Dr Ayman Chit, PhD, et al, dans The Lancet Infectious Diseases, publication en ligne en avant-première, 8 septembre 2015

Financement : Sanofi Pasteur

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire