Nombre total de pages vues

lundi 9 novembre 2015

#Cell #anticorpsmonoclonal #protéinespicule #épitope #chikungunya #alphavirus Des anticorps hautement neutralisants se lient à un épitope sur E2 et inhibent entrée et sortie

Une classe d’anticorps hautement neutralisants identifiés protège contre les infections et les maladies in vivo contre de multiples alphavirus, dont le chikungunya. Ces anticorps se lient à un épitope discret sur la glycoprotéine E2, bloque l’entrée et la sortie du virus, et permettent les liaisons croisées entre protéines spicules, suggérant des avenues pour le développement de vaccins ou d’anticorps thérapeutiques contre de multiples alphavirus.
Nous avons examiné une série d’anticorps monoclonaux de souris et d’homme (MABs pour Monclonal Antibodies) contre le virus du chikungunya et en avons identifié plusieurs, dotés d’une activité inhibitrice contre de multiples alphavirus. Le transfert passif d’anticorps hautement neutralisants a permis la protection de souris contre les infections par les alphavirus chikungunya, Mayaro et O’nyong’nyong. À l’aide d’une mutagénèse dirigée contre l’alanine, de protéines recombinantes, de virus perte de fonction, et d’essais fonctionnels multiples, nous avons déterminé que les anticorps hautement neutralisants sont de nature à bloquer plusieurs étapes du cycle de réplication viral, entrée et sortie comprises, en se liant à l’épitope conservé sur le domaine B de la glycoprotéine E2. La structure révélée par la cryo-microscopie électronique à une résolution de 16 Å, à savoir un fragment Fab lié au domaine CHIKV E2 B, a fourni une explication pour ce qui est de son activité neutralisante. La liaison au domaine B est associée à un repositionnement du domaine A de E2, qui permet la formation de liaisons croisés entre protéines spicules voisines. Nos résultats suggèrent que les déterminants antigéniques du domaine B pourraient être ciblés pour le développement de vaccins ou d’anticorps thérapeutiques contre de multiples alphavirus. Julie M. Fox et al, dans Cell, publication en ligne en avant-première, 6 novembre 2015

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle: Science Direct / Traduction et adaptation : NZ