Nombre total de pages vues

jeudi 5 novembre 2015

#thelancet #cancerdusein #mammographie #échographie Sensibilité et spécificité d’une mammographie et échographie comme adjuvant pour le dépistage du cancer du sein dans le cadre de l’Essai Anti-Cancer Stratégique Randomisé (J-START) au Japon : un essai randomisé contrôlé

Biopsie sous échographie du sein gauche. (...). Flèche, Lésion suspecte. A, Aiguille de biopsie.
Source iconographique et légendaire: info-radiologie.ch
La mammographie est la seule méthode éprouvée pour le dépistage du cancer du sein permettant de réduire la mortalité ; toutefois, cette méthode ne fournit pas la précision nécessaire pour un examen fiable chez les jeunes femmes ou les femmes à seins denses. Nous avons poursuivi des investigations sur l’efficacité une échographie adjuvante.

Entre juillet 2007 et mars 2011, nous avons recruté des femmes asymptomatiques âgées de 40-49 ans dans 42 sites d’étude situés dans 23 préfectures adhérant à l’Essai Anti-cancer Stratégique Randomisé au Japon (J-START). Les femmes éligibles n’avaient ne présentaient pas d’historique de cancer au cours des cinq dernières années précédant l’inclusion, et avaient une espérance de vie supérieure à 5 ans. La randomisation a été effectuée de manière centralisée dans l’Unité de Support à la Recherche Clinique du Japon. Les participantes ont été réparties de manière aléatoire sous ratio 1:1 pour être soumises à mammographie et échographie (groupe d’intervention) ou à mammographie seule (groupe de contrôle) deux fois en 2 ans. Le critère principal d’évaluation était la sensibilité et la spécificité, le taux de détection de cancer, et la répartition des stades de développement de la maladie à l’issue d’un premier cycle de dépistage. L’analyse a été effectuée sur population en intention de traiter.

Sur 72 998 femmes recrutées, 36 859 ont été assignées au groupe d’intervention et 36 139 au groupe de contrôle. La sensibilité était significativement plus élevée dans le groupe d’intervention que dans le groupe de contrôle (91.1%, Intervalle de Confiance -IC- 95% 87.2 - 95.0 versus 70.3 – 83.7 ; p=0.0004), alors que la spécificité était significativement plus faible (87.7%, 87.33-88.0 versus 91.4%, 91.1 – 91.7 ; p<0.0001). Un nombre plus élevé de cancers a été détecté dans le groupe d’intervention que dans le groupe de contrôle. (184 [0.50%] versus 117 [0.32%], p=0.0003) ; ces cancers étaient plus le plus souvent de stade 0 et de stade I (144 [71.3%] versus 79 [52.0%], p=0.0194). 18 (0.05%) cancers d’intervalle ont été détectés dans le groupe d’intervention en comparaison des 35 (0.10%) détectés dans le groupe de contrôle (p=0.034).

L’échographie adjuvante augmente la sensibilité et les taux de détection des cancers précoces. Prof Noriaki Oruchi, PhD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 4 novembre 2015

Financement : Ministère de la Santé, du Travail, et du Bien-Être du Japon

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ