Nombre total de pages vues

mardi 22 décembre 2015

#thelancet #mésothéliome #bevaciszumab #cisplatine #pemtrexed Bevacizumab pour le mésothéliome nouvellement diagnostiqué dans l’étude Mésothéliome Avastin Cisplatine Pemetrexed Study (MAPS) : une étude de phase 3, ouverte, randomisée et contrôlée

Mésothéliome pleural malin
Source iconographique: http://www.medicalforum.ch/docs/smf/2014/13/fr/fms-01874.pdf
Le mésothéliome pleural malin est un cancer agressif au mauvais pronostic, lié une exposition professionnelle à l’amiante. Le facteur de croissance vasculaire endothéliale est un agent mitogène clé des cellules de mésothéliome pleural ; ainsi, le ciblage du facteur de croissance vasculaire endothéliale pourrait se révéler efficace. Notre but était d’étudier l’effet du bévacizumab sur la survie lorsqu’additionné au traitement standard, à savoir cisplatine plus pemetrexed, comme traitement de première intention du mésothéliome pleural malin avancé.

Dans cette étude de phase 3, ouverte, randomisée et contrôlée, nous avons recruté des patients âgés de 18-75 ans atteints de mésothéliome pleural malin non résécable qui n’avaient pas reçu de chimiothérapie au préalable, qui présentaient un statut de rendement ECOG (Eastern Cooperative Oncology Group) de 0-2, qui ne présentaient comorbidité cardiovasculaire importante, qui n’étaient pas traitables par chirurgie, qui présentaient au moins une lésion évaluable (épanchement pleural) ou mesurable (épaississement solide de tumeur pleurale) par tomodensitométrie, qui montraient une espérance de vie > 12 semaines, et qui étaient hospitalisés dans 73 centres situés  en France.
Les critères d’exclusion comprenaient la présence de métastases au niveau du système nerveux central, la prise de traitements antiaggrégants (aspirine 325 mg / jour, clopidogrel, ticlopidine, ou dipyridamole), de médicaments anti-vitamine K à visée curative, de médicament à base d’héparines à bas poids moléculaire, et de tout traitement anti-inflammatoire par médicament non stéroïdien.
Nous avons réparti les patients de manière aléatoire (1:1 ; par méthode de minimisation [facteur aléatoire : 0.8]; les avons stratifié par histologie [épithéloïde versus sarcomatoïde ou sous-types histologiques mixtes], par statut de rendement [0-1 versus 2], par centre d’étude, ou par statut de tabagisme [sujets n’ayant jamais fumé versus fumeurs]) pour recevoir par voie intraveineuse pemetrexed 500 mg / m2 plus cisplatine 75 mg / m2 avec (PCB) ou sans (PC) bevacizumab 15 mg / kg par cycles de 21 jours jusqu’à six cycles, jusqu’à progression ou effets toxiques. Le critère principal d’évaluation était la survie globale (SG) dans la population en intention de traiter. Les traitements ont été distribués en ouvert. (…).

Du 13 février 2008 au 5 janvier 2014, nous avons réparti 448 patients (223 [50%] pour recevoir PCB et 225 [50%] pour recevoir PC). La survie globale était significativement plus longue sous PCB (médiane de survie 18.8 mois [Intervalle de Confiance -IC- 15.9-22.6]) que sous PC (16.1 mois [14.0-17.9] ; hazard ratio 0.77 [0.62-0.95] ; p=0.0167). Dans l’ensemble, 158 (71%) patients sur 222 recevant PCB et 139 patients (62%) sur 224 recevant PC ont présenté des évènements indésirables de grade 3-4. Nous avons noté plus d’hypertensions de grade 3 ou plus (51 [23%] sur 222 versus 0] et d’évènements thrombotiques (13 [6%] sur 222 versus 2 [1%] sur 224) avec PCB qu’avec PC.

L’adjonction de bevacizumab à pemetrexed plus cisplatine a significativement amélioré la survie globale chez des patients atteints de mésothéliome pleural malin au prix d’effets toxiques toutefois gérables; ainsi, cette combinaison devrait être prise en considération comme traitement adéquat pour cette maladie. Prof Gérard Zalcman, MD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 21 décembre 2015

Financement : Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique (IFCT).   

Source : The Lancet / Traduction et adaptation : NZ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire