Nombre total de pages vues

vendredi 17 juin 2016

#trendsincellbiology #compétitioncellulaire La loi du plus fort : rôle essentiel de la compétition cellulaire dans le développement, le vieillissement, et le cancer

Exemple de compétition cellulaire; ici, entre neurones. La flèche indique la source de protéine messagère. A son contact, certains neurones de la rétine sont attirés et d'autres repoussés. La protéine messagère représente ici la force motrice de la compétition entre les cellules (neurones) Cliché Alain Pochiantz, CNRS
Source iconographique: http://www2.cnrs.fr/presse/communique/778.htm
Les organismes multicellulaires ont évolué de façon à résoudre les conflits entre cellules individuelles, protégeant ce faisant l’organisation interne de l’individu. Cela est illustré par la compétition cellulaire, processus d’élimination des  cellules insuffisamment performantes des tissus en croissance par apoptose. Depuis sa caractérisation chez Drosophila, un nombre croissant de maladies ont été associées à cette compétition, et les preuves de conservation de ce processus s’accumulent. Nous décrivons ici une large palette de contextes où s’applique la compétition cellulaire, incluant notamment la santé des tissus biologiques, le vieillissement, et le développement tumoral. Nous délimitons par la suite différents modèles relatifs aux processus sous-jacents la reconnaissance et l’élimination des cellules dominées. Marisa M. Merino, et al, dans Trends in Cell Biology, publication en ligne en avant – première, 16 juin 2016

Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ