Nombre total de pages vues

vendredi 26 août 2016

#trendsincognitivesciences #perception #neuroscience #rythmesensoriel Cycles perpétuels

Cerveau
Source iconographique: http://www.inserm.fr/layout/set/print/espace-journalistes/une-piste-pour-retablir-la-bonne-integration-des-informations-sensorielles-chez-les-autistes
Les fonctions du cerveau adoptent des oscillations montrant de grandes variations. Cela implique que la perception et la cognition pourraient opérer de manière périodique, sous la forme de cycles reflétant des oscillations de manière sous-jacente. Cette notion séculaire de mode discret de perception a refait surface au ces dernières années, alimentée par les avancées techniques en neurosciences. Contrairement aux points de vue plus anciens relatifs au mode discret de perception, au rythme d’échantillonnage unique,  les données actuelles indiquent non pas un, mais plusieurs rythmes de perception qui peuvent dépendre de la modalité sensorielle, de l’activité, des types de stimuli, ou de la région du cerveau*. Dans la vision, par exemple, un rythme sensoriel alpha  (fréquence d’environ 10 Hz) peut coexister avec au moins un rythme supplémentaire de perception, d’une fréquence d’environ 7 Hz. Des questions ouvertes demeurent, cependant : comment ces multiples fonctions périodiques sont-elles orchestrées ; et comment les rythmes internes se coordonnent-ils avec le comportement d’échantillonnage ? Rufin VanRullen, dans Trends in Cognitive Sciences, publication en ligne en avant-première, 23 août 2016

Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ


*le mode discret de perception par du principe que l’influx nerveux se propage sous forme d’unités instantanées (snapshots dans le texte).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire