Nombre total de pages vues

jeudi 28 septembre 2017

#cell #exclusif #macrophages #arnmitochondriaux #insuline #insulinosensibilité #exosome Les ARN mitochondriaux des exosomes dérivés des macrophages du tissu adipeux peuvent moduler la sensibilité in vivo et in vitro à l’insuline

Les macrophages résidant dans le tissu adipeux utilisent les exosomes pour moduler les réponses systémiques à l'insuline.
Les ARN mitochondriaux (ARNs-mi) sont des molécules régulatrices qui peuvent être conditionnées sous forme d’exosomes et ainsi sécrétées à partir des cellules. Ici, nous montrons que les macrophages du tissu adipeux (MTAs) sécrètent des exosomes contenant des ARNs-mi (Exos), qui peuvent causer de l’intolérance au glucose et de la résistance à l’insuline lorsqu’ils sont administrés à des souris minces. Inversement, Les Exos des MTAs obtenus à partir de souris minces améliorent la tolérance au glucose et la sensibilité à l’insuline lorsqu’ils sont administrés à des souris obèses. Le miR-155 est l’un des ARNs-mi est surexprimé dans les Exos des MTAs obèses ; de fait, de précédentes études ont montré que PPARγ est une cible de miR-155. Nos résultats montrent que les animaux miR-155KO sont sensibles à l’insuline et tolérants au glucose comparé aux animaux contrôles. De plus, le transplantation de moëlle osseuse de type sauvage ches des souris miR-155KO atténuent ce phénotype. Prises dans leur ensemble, ces études montrent que les MTAs  sécrètent des exosomes contenant des de l’ARN-mi cargo. Ces ARNs-mi peuvent être transférés auprès de types cellulaires cibles de l’insuline par l’intermédiaire de mécanismes de régulation paracrine et endocrine avec de vigoureux effets sur l’action de l’insuline, la sensibilité in vivo de l’insuline, et l’homéostasie globale du glucose. Wei Ying, et al, dans Cell, publication en ligne en avant-première, 21 septembre 2017

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ