Pages vues le mois dernier

lundi 7 mai 2018

#thelancet #maladiesnontransmissibles L’investissement dans les maladies non-transmissibles : estimation du retour sur investissement pour la prévention et autres services de traitements

Le fardeau des maladies non transmissibles représente plus de 50% du fardeau mondial de morbidité générale (2015)
Source:  https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Global_burden_of_disease(Dalys).jpg

Le fardeau global des maladies non transmissibles (MNTs) est croissant; et il est urgent d’estimer les coûts et les bénéfices d’une stratégie d’investissement pour la prévention et le contrôle des MNTs. Les résultats d’une analyse de cas peuvent fournir de nouvelles données servant à la prise de décision par les gouvernements et des donateurs. Nous proposons une méthodologie de calcul des bénéfices sur le plan économique de l’investissement dans les MNTs dans le cadre des objectifs de développement durable (ODDs), et nous appliquons cette méthode pour la mise en place de campagnes de prévention des maladies cardiovasculaires dans les 20 pays où le fardeau dû aux MNTs est le plus élevé. Pour une série limitée d’interventions, nous avons estimé que 120 milliards de $ devraient être investis dans ces pays entre 2015 et 2030. Ce coût représente un investissement supplémentaire de 1.5 $ par habitant et par année ; il permettrait d’éviter 15 millions de décès, 8 millions de cas de cardiopathies ischémiques, et 13 millions d’AVC dans les 20 pays. Les rapports bénéfice/coûts ont varié selon les interventions réalisées et le niveau de revenus des pays, avec un rapport moyen de 5.6 de rendement économique ; avec un rapport de 10.9 si les rendements sociaux sont pris en compte. L’investissement dans la prévention des maladies cardiovasculaires est indispensable pour atteindre la cible des ODDs 3.4 (réduction d’un tiers de la mortalité prématurée due aux MNTs; pour, plus tard, atteindre la cible des ODDs 3.8 (réalisation de la couverture médicale universelle). Beaucoup de gouvernements n'ont mis en place des interventions simples et rentables à qu'à des niveaux basiques ; ainsi, le potentiel d’atteinte de ces cibles et consolider le revenu national par la promotion de ces interventions reste immense. Mélanie Y Bertram, PhD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant – première, le 4 avril 2018

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ