Nombre total de pages vues

mardi 3 juin 2014

Effet des télé-avertissements par téléphone mobile sur le suivi des soins aux enfants exposés au HIV ou infectés par le HIV au Cameroun (MORE CARE) : une étude multicentrique en simple aveugle, factorielle, randomisée et contrôlée.

Transmission mère-enfant du HIV.
Source iconographique et légendaire: http://www.who.int/hiv/topics/mtct/fr/
Les rendez-vous pour suivi d’infection par HIV programmés à l’avance et finalement manqués mènent à une augmentation de la mortalité, à une résistance à la thérapie antirétrovirale, et à une réponse virologique suboptimale. Notre but était d’étudier si les rappels adressés au personnel soignant, à savoir rappel adressé par message texte, appel vocal sur téléphone portable, ou message texte + appel sur téléphone portable avaient pour effet d’augmenter l’assiduité aux rendez-vous médicaux pour suivi d’infection par le HIV sur une population d’enfants infectés ou exposés au HIV au Cameroun. Notre but était aussi de déterminer la méthode de rappel sur téléphone portable la meilleure pour ce qui est du rapport efficacité/coût.

MORE CARE est une étude multicentrique en simple aveugle, randomisée et contrôlée effectuée en milieux urbain, semi-urbain et rural au Cameroun. Le personnel soignant des enfants atteints par le HIV ou exposés au HIV ont été randomisés électroniquement et de manière aléatoire par blocs de quatre et alloués (1 :1 :1 :1) de manière séquentielle pour réception d’un message texte et d’un appel, un message texte seul, un appel seul, ou aucun rappel (contrôle). Les investigateurs n’avaient pas accès au tableau de randomisation. Les messages texte et les appels étaient effectués 2 ou 3 jours avant le rendez-vous de suivi programmé. Les critères principaux étaient efficacité (proportion de patients se rendant au rendez-vous programmé à l’avance) et efficience (présence au rendez – vous / [temps de travail du personnel x coût des rappels]), comme mesure du rapport efficacité/coût. L’analyse primaire a été effectuée sur population en intention de traiter. (…).

L’étude a eu lieu entre le 28 janvier et le 24 mai 2013. Nous avons réparti de manière aléatoire 242 paires adulte-enfant (personnel soignant – patient) en quatre groupes : message texte + appel (n=61), appel (n=60), message texte (n=60), et contrôle (n=61). 54 participants (89%) appartenant au groupe message texte + appel, 51 (85%) dans le groupe appel seul, 45 (75%) dans le groupe message texte seul, et 31 (51%) du groupe contrôle se sont rendus à leur rendez – vous programmé à l’avance.  En comparaison des contrôles, les rapports de probabilité d’amélioration du critère principal d’efficacité étaient de 7.5 (Intervalle de Confiance –IC- 95% 2.8-18.0 ; p<0.0001) pour le groupe message texte + appel, 5.5 (2.3-13.1 ; p=0.0002) pour le groupe appel seul, et 2.9 (1.3-6.3 ; p=0.012) pour le groupe message texte seul. Il n’y a pas eu de différence significative intergroupe entre les trois groupes d’intervention. S’agissant du critère principal d’efficience, la différence moyenne entre message texte seul versus message texte + appel était de 1.5 (IC 95% de 0.7 à 2.4 ; p=0.002), pour appel seul versus message texte seul, elle était de 1.2 (de 0.7 à 1.6 ; p<0.0001), et pour appel seul versus message texte seul, elle était de 0.4 (de -1.3 à 0.6 ; p=0.47).

Les rappels (télé-avertissements) sur téléphone portable de rendez-vous pour suivi HIV programmés à l’avance pour le personnel soignant attaché aux patients pédiatriques dans un environnement à faible revenu peut permettre une amélioration du taux d’assiduité aux rendez – vous. La méthode la plus efficace est l’envoi d’un message texte + appel sur téléphone portable, mais l’envoi de message texte seul s’est révélée être la méthode la plus efficiente (c’est-à-dire offrant un meilleur rapport efficacité/coût). Dr Jean Joel R Bigna MD et al, dans The Lancet Infectious Diseases, publication en ligne en avant – première, 3 juin 2014

Financement : aucun financement externe

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ