Nombre total de pages vues

mardi 1 février 2011

Obésité et sensibilité aux nutrients de la voie métabolique TOR chez la mouche et les vertébrés: conservations des macanismes génétiques fonctionnels

Mouche du fruit. Tout comme chez les humains, niveaux élevés de cholestérol et obésité sont causés par un régime alimentaire trop riche en graisse. Source: http://www.physiorg.com/ 
La prévalence de l'obésité prend des proportions telles qu'aujourd'hui, on parle d'épidémie. 400 millions de personnes dans le monde peuvent être considérées comme obèses. L'accumulation excessive de lipides alimentaires (obésité) est un facteur de risque connu dans le développement de pathologies métaboliques délétaires; en très étroite association avec la progression des maladies cardiaques et du diabète de type 2. Lorsque l'on observe de plus près l'obésité induite par un régime alimentaire riche en lipides (obésité HFD) et ses médiateurs génétiques et que des relations de causalité sont établies; un grand pas est alors réalisé dans la compréhension des mécanismes qui mènent à l'obésité. Quoi qu'il en soit, les mécanismes sous-jacents menant à l'obésité HFD sont encore à élucider. Nous décrivons ici de récents travaux réalisés sur la mouche Drosophile (Drosophila) afin de décrypter les macanismes génétiques sous-jacents de l'obésité HFD, du diabète de type 2 et des dysfonctionnements cardiaques. Sean Odham, in Trends in Endocrinology and Metabolism 700, 2011, in press

Source: http://www.sciencedirect.com/ / Traduction et réalisation: NZ