Nombre total de pages vues

mercredi 6 avril 2011

RANKL et RANK dans le cancer du sein induit par les hormones sexuelles et métastatisation du cancer du sein

Unités RANKL et RANK et métabolisme osseux. RANKL se lie à RANK sur les cellules ostéogénitrices* et contrôle la génèse des ostéoclastes ainsi que la résorption osseuse. In Cancer Cell International 2009 9:26. Source: www.cancerci.com/content/9/1/26
L'activateur du facteur nucléaire kB (RANK) - positionné sur le récepteur - et son ligand RANKL sont plus connus pour leurs fonctions essentielles dans le remodelage osseux et les pathologies osseuses comme l'ostéoporose et l'arthrite. Chez les humains, la déréglement du système RANK-RANKL est la cause majeure d'ostéoporose chez la femme postménopausée. De plus, un signal RANK est requis pour la formation de la glande mammaire allaitante. A la fois RANKL et RANK sont exprimés par les cellules épithéliales mammaires, sous le contrôle des hormones sexuelles. Des données récentes indiquent également que RANK et RANKL contrôlent la métastatisation préférentielle des cellules mammaires transformées en direction du tissu osseux; ils contrôlent aussi le développement du cancer du sein primaire dépendant des hormones sexuelles. Dans cette revue de littérature, nous apportons une critique des ces données, avec une attention particulière sur le développement du cancer du sein. Daniel Schramek et al; in Trends in Endocrinology and Metabolism - 718, online 4 April 2011, in press.

Source: http://www.sciencedirect.com/ / Traduction et adaptation: NZ