Nombre total de pages vues

mardi 17 mai 2011

Concentration basale de sang occulte fécal prédictif de l'incidence d'une néoplasie colorectale

Polype colorectal chez un homme de 53 ans asymptomatique, avec risque modéré de néoplasie colorectale.
Source: http://radiology.rsna.org/content/241/2/417.figures-only
Bien que l'utilisation du test immunochimique pour la détection de la présence de sang occulte fécal (iFOBT) soit très répandue, on sait peu de choses sur le risque de développer une néoplasie colorectale pour les participants avec résultats négatifs au test iFOBT. Nous avons donc regardé si la concentration d'hémoglobine fécale comme premier test de dépistage était prédictif de l'incidence d'une néoplasie colorectale subséquente chez les patients avec des résultats de dépistage négatifs.

Entre 2001 et 2007, nous avons fait une étude prospective de cohorte au sein de la communauté Keelung. Y ont participé les résidents âgés de 40 à 69 ans. Nous avons arbitrairement choisi la concentration seuil d'hémoglobine fécale à 100 ng/ml pour classer les participants comme négatifs ou positifs, en vue de futures investigations cliniques plus approfondies. 44324 participants négatifs et 1668 participants positifs aux premiers tests de dépistage (...) ont été suivis pour confirmation des cas de néoplasie colorectale. Nous avons étudié la corrélation entre les concentrations basales d'hémoglobine fécale mesurées et le risque d'incidence de néoplasie colorectale; en tenant compte des biais.

La période de suivi médiane était de 4,39 ans (IQR 2,53 - 6,12) pour tous les 45992 participants; période pendant laquelle l'incidende de néoplasie colorectale augmentait de 1,74/1000 personnes-années pour les patients avec une hémoglobine fécale basale de 1-19 ng/ml; à 7,08/1000 personnes-années pour les patients avec une hémoglobine fécale basale de 80-99 ng/ml (...) [Différence très significative: p<0,00001)].

La quantification de l'hémoglobine fécale comme premier test de dépistage est un prédicteur fiable d'un risque subséquent de néoplasie colorectale. (...). Li-Sheng Chen PhD et al, in The Lancet Oncology, Early Online Publication, 17 May 2011.

Source: http://www.thelancet.com/ / Traduction et adaptation: NZ