Nombre total de pages vues

mardi 31 janvier 2012

Evolution clinique des malformations cérébrales caverneuses non traitées: étude prospective de cohorte basée sur une population

Malformation cérébrovasculaire. Source: Société Française de Neuroradiologie (SFNR)
Les malformations caverneuses cérébrales (CCM) sont sujettes aux saignements, mais le risque d'hémorragie intracrânienne et de déficits neurologiques focalisés, ainsi que des facteurs pouvant prédire leur survenue, restent obscurs. Notre but était de quantifier ces risques et d'étudier s'ils dépendent du sexe et de la localisation des CCMs.

Nous avons entrepris une étude sur une population; à partir de sources multiples de données de constatation de cas se recoupant (avec la collaboration de neurologues, neurochirurgiens, de médecins experts en accidents vasculaires cérébraux [AVC], radiologues, pathologistes, avec des données issues de registres de sortie d'hôpitaux et de certificats de décès) afin d'identifier les diagnostics de CCMs avérés, établis entre 1999 et 2003 chez des personnes adultes résidant en Ecosse, et validés de manière indépendante par les neurologues participant à l'étude. Nous avons fait usage de sources multiples de suivi prospectif pour identifier les résultats et données (sur des évalutations effectuées à l'aide d'outils d'imagerie cérébrale, par des investigateurs n'ayant pas accès aux facteurs prédictifs pré-identifiés) et évaluer la dépendance liée. Le critère principal d'évaluation était le résultat de mesure des effets combinés des hémorragies intracrâniennes ou déficits neurologiques focalisés (n'incluant pas les crises épileptiques) qui étaient reliés aux CCMs de façon certaine ou quasi certaine. 

139 adultes étaient atteints d'au moins un CCM avéré; et 134 étaient étaient vivants à la présentation initiale. Pendant 1177 années-personnes de suivi (97% d'exhaustivité) pour hémorragie intracrânienne seule, le risque à cinq ans de première hémorragie était plus bas que le risque d'une hémorragie récidivante (2,4% versus 29,5% [...]; p<0,0001). Pour ce qui est du critère primaire d'évaluation, le risque à cinq ans d'un premier évènement était plus bas que le risque de récidive (9,3% versus 42,4% [...]; p<0,0001). Le risque annuel de récidive du critère primaire d'évaluation était de 19,8% au cours de la première année, pour s'établir à 5,0% au cours de la cinquième année; et était plus élevé chez les femmes que chez les hommes (p=0,01) chez les adultes atteints de CCMs du tronc cérébral, mais pas chez les adultes atteints de CCMs identifiés et localisés ailleurs (p=0,17).

Le risque d'hémorragie intracrânienne récidivante ou de déficit neurologique focalisé dû à un CCM est plus élevé que le risque de premier évènement, et est plus élevé chez les femmes que chez les hommes; déclinant au cours du temps (cinq années). Cette information peut être utilisée en pratique clinique, mais des travaux complémentaires seront nécessaires pour quantifier précisément les risques à long terme et comprendre pourquoi le risque de récidive et polus élevé chez les femmes que chez les hommes. Dr Rustam Al-Sahi Salman FRCP et al, in The Lancet Neurology, Early Online Publication, 31 January 2012

Source: http://www.thelancet.com/ / Traduction et adaptation: NZ
Enregistrer un commentaire