Nombre total de pages vues

lundi 13 février 2012

Lymphome de Burkitt - Séminaire

Professeur Adama Ly, cancérologue, chercheur Inserm, Paris: "(...) Un quart des cancers en Afrique découlent d'une infection chronique. (...) Le paludisme est responsable du lymphome de Burkitt, qui touche en particulier les enfants (...)"
Source: http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/ARTJA-F2F327B8C7777/senegal-alimentation-croissance-demographique-paludismeadama-ly-le-cancer-va-litteralement-exploser-en-afrique.html
Le lymphome de Burkitt est un lymphome non-hodgkinien très agressif; il s'agit de la tumeur humaine à la plus rapide croissance. Cette maladie est associée au virus Epstein - Barr; c'est l'une des premières tumeurs à montrer une translocation activant un oncogène (c-Myc). Le lymphome de Burkitt est le cancer le plus commun chez les enfants, dans les zones où la malaria est holoendémique. Son incidence est très élevée chez les patients immunodéprimés des zones non-endémiques, spécialement quand elle est associée à une infection HIV. Les résultats obtenus à l'aide de la chimiothérapie intensive sont maintenant excellents, mais le pronostic est mauvais chez les personnes âgées. Le succès du traitement repose sur la continuité des soins et le soutien au patient.

Les thérapies offertes par les services d'oncologie des pays à faibles revenus ne sont pas aussi agressives que celles offertes dans les pays riches; et y sont de ce fait moins souvent couronnées de succès. La thérapie adjuvante par anticorps monoclonal Rituximab montre des résultats prometteurs; avec des perspectives d'effets toxiques bien moindres dans le futur. Prof Elizabeth M Molyneux FRCPH et al, in The Lancet, Early Online Publication, 13 February 2012

Source: http://www.thelancet.com/ / Traduction et adaptation: NZ
Enregistrer un commentaire