Nombre total de pages vues

vendredi 29 juin 2012

Carbonylation des protéines et contrôle des systèmes métaboliques

Autoradiogramme obtenu après migration sur gel de polyacrylamide de protéines carbonylées révélées par immunoessai préalable, dans 2 culots obtenus par centrifugations successives (1 = LP; 2 = SP) et le surnageant final (SN) à partir d'extraits de culture de E. coli. Les poids moléculaires des protéines révélées sont indiqués par l'axe des ordonnées à gauche  -Mw (kdA)- Etienne Maisonneuve, Thèse, CNRS UMR 7283.
Source:  http://lcb.cnrs-mrs.fr/spip.php?article385&lang=en   
Le stress oxydatif est lié à la production d'aldéhydes lipidiques réactifs qui provoquent l'alkylation non-enzymatique des résidus cystéine, histidine ou lysine, au cours d'une réaction appelée carbonylation. Les aldéhydes lipidiques et leurs dérivés sont détoxifiés par une variété de systèmes de phase I et de phase II. Quand les défenses antioxydantes sont compromises, et quand les conditions d'oxydation sont plus favorables, la carbonylation des protéines augmente. Ces modifications sont impliquées dans une variété d'états métaboliques, dont la dégénérescence neuronale, l'atrophie musculaire, la résistance à l'insuline et le vieillissement. Bien que de telles modifications aient habituellement pour résultat une perte de fonction protéique, la carbonylation des protéines peut avoir des effets régulateurs et activateurs des voies de signalisation impliquées dans la biologie des antioxydants et l'homéostasie cellulaire. Jessica M. Curtis, in Trends in Endocrinology and Metabolism - 808, online 27 June 2012, in press

Source: www.sciencedirect.com / Traduction et adaptation: NZ