Nombre total de pages vues

mardi 29 janvier 2013

Sécurité et immunogénécité d’un vaccin per os constitué d’un vecteur adénovirus de sérotype 4 capable de se dupliquer contre la grippe H5N1 : étude de phase 1, randomisée, en double – aveugle contre placebo

Grippe aviaire H5N1. Evolution du nombre de foyers de 2004 à 2010. In Comptes Rendus Biologies Volume 335,  Issue 5, May 2012, Pages 356 - 369
Source iconographique et légendaire: http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1631069112000716

Les virus capables de se répliquer, vecteurs de vaccins pourraient montrer des avantages en comparaison des vecteurs de vaccins ne se répliquant pas. Nous avons testé la sécurité et l’immunogénécité d’un vaccin per os avec pour vecteur candidat un adénovirus de sérotype 4 (Ad4-H5-Vtn) exprimant l’hémagglutinine du virus de la grippe aviaire H5N1.

Nous avons réalisé cette étude de phase 1 sur 4 sites aux États – Unis. La liste de randomisation, générée par ordinateur (blocs de 8 patients, stratifiés par site), était constituée de volontaires sains âgés de 18-40 ans pour recevoir l’une des cinq doses de Ad4-H5-Vtn (107 particules virales [VP], 108 VP, 109 VP, 1010 VP ou 1011 VP) ou le placebo (3:1). Le vaccin ou le placebo étaient administrés à trois reprises, à environ 56 jours d’intervalle. Ni les participants, ni les investigateurs, ni le personnel de l’étude n’avaient accès au tableau de randomisation pendant toute la durée de l’étude. Par la suite, les volontaires ont reçu une dose d’attaque de 90 μg de vaccin H5N1 parentéral inactivé. Les paramètres primaires d’immunogénécité étaient la séroconversion par inhibition de l’hémagglutination (IHA), caractérisée par définition comme une élévation de 4 fois par rapport au titre mesuré à la ligne de base, ainsi que le titre moyen géométrique de IHA (TMG). Les signes de réactogénécité ont été suivis quotidiennement pendant les 7 jours suivant chaque vaccination et avons consigné les symptômes persistant après 7 jours en les désignant comme évènements indésirables. L’analyse primaire a été effectuée per protocol. (…)

Nous avons recruté 166 participants (125 recevant le vaccin ; et 41 le placebo) entre le 19 octobre 2009 et le 9 septembre 2010. Les réponses IHA relevées étaient faibles : 13 sujets sur les 123 vaccinés (11% ; Intervalle de Confiance – IC – 6-17) et trois sujets sur les 41 recevant le placebo (7%, 2-20) ont montré une séroconversion. Le GMT du IHA était de 6 (IC 95% 5-7) pour les sujets vaccinés, et de 5 (5-6) chez les sujets recevant le placebo. Cependant, quand le vaccin H5N1 inactivé a été rendu disponible, une dose d’attaque était offerte à tous les participants. Dans cette sous-étude, la séroconversion IHA est survenue chez 19 participants sur 19 de la cohorte 1011 VP (100% ; IC 95% 82-100) et huit des 22 participants recevant le placebo (36% ; 17-59) ; 17 des 19 participants de la cohorte 1011 VP (89% ; 67-99) ont atteint le stade de séroprotection, en comparaison des quatre participants sur 22 recevant le placebo (18% ; 5-40) ; le GMT était de 135 (89-205) avec 1011 VP, et de 13 (7-21) chez les placebo. La fréquence cumulée des douleurs abdominales, diarrhées, et congestions nasales après toutes les trois vaccinations étaient significativement plus élevées chez les sujets vaccinés que chez sujets ayant reçu le placebo (21 [16,8%] sur 125 versus un [2,4%] sur 41 ; p=0,017 ; 24 [19,2%] sur 125 versus deux [4,9%] sur 41 ; p=0,027 ; 41 [32,8%] sur 125 versus six [14,6%] sur 41 ; p=0,028 respectivement). Aucun évènement indésirable grave n’a été rapporté.

Le vecteur d’amorçage oral Ad4 pourrait amplifier l’efficacité de vaccin à faible immunogénécité comme H5N1. Dr Marc Gurwith MD et al, in The Lancet Infectious Diseases, Early Online Publication 29 January 2013, in press

Financement:  Wellcome Trust Foundation, PaxVax

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ