Nombre total de pages vues

vendredi 11 janvier 2013

Vintage Spécial: Radio-thérapie pour le cancer et les maladies de la peau

Premiers essais du traitement du cancer par les rayons X, par Georges Chicotot, médecin et artiste peintre (circa 1896).
Source: http://www.histoire-image.org/pleincadre/index.php?i=528

Le Dr. Charles Warrenne Allen, professeur de dermatologie à l’École Post – Graduée de Médecine de New – York, a récemment présenté un papier devant l’Association de Médecine Préventive du Comté de New – York, à propos du sujet mentionné en titre ; dans lequel il a rapporté 28 cas où l’utilisation de rayons X a été effectuée avec un succès mitigé. Pour ce qui est de la question des dermatites et brûlures engendrées par le faisceau de rayon émis du tube intensificateur*, le Dr. Allen a déclaré qu’il ne pouvait désigner ces blessures comme des brûlures dues aux rayons X, car il n’était pas convaincu que les rayons X en eux – mêmes en étaient responsables. Sa conviction est que la crainte populaire de ces soi-disant brûlures et l’importance qui leur est accordée dans le cadre de la radio-thérapie par les médecins a été surestimée. Les conclusions du Dr. Allen sont donc les suivantes : ladite méthode est valable. Toutefois, ce n’est pas sans ces désavantages et les conséquences dues à sa mauvaise utilisation qui en ternissent sa réputation.  Il ne s’agit pas d’une méthode prétendant à se substituer à toutes les méthodes précédentes, mais elle est tout  à fait utile et elle a sa place. Cette méthode apparaît être de valeur dans le traitement des cancers récurrents. Et si elle donne des preuves nouvelles de son efficacité comme elle vient d’en donner, il n’y a pas de raison qu’elle ne soit pas appliquée dans les cas de cancers primaires. Cependant, le Dr. Allen conseille au praticien de médecine de ne pas ouvrir la voie à la déception, en se promettant, ou en promettant de trop grandes choses, à lui-même ou à son patient, à partir de cette méthode. Il  n’y a pas, selon le Dr. Allen, de contre-indications à d’autres formes de traitements administrés de façon concomitante. Le meilleur stade pour traiter un cancer, par les rayons ou autre, est le stade précoce. À ce stade, la majorité des cancers peut probablement guérir. Quand le cancer a passé un certain stade, il ne diffère pas de la tuberculose en son issue fatale probable.  In The Lancet [New York – Obituary], 26 July 1902, page 252

*Voir illustration ci – dessus

Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ