Nombre total de pages vues

mercredi 11 septembre 2013

Administration de tremelimumab à des patients atteints de mésothéliome malin avancé et resistant à la chimiothérapie: un essai de phase 2 ouvert, à groupe unique

Mésothéliome malin pleural diffus.
Source iconographique: http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/iconocerf/T/Dossier_MEDI-004136-T_0075_com.html
Les anticorps monoclonaux contre l’antigène 4 des lymphocytes T cytotoxiques (CTLA4) montrent une activité thérapeutique sur différents types de tumeurs. Notre but était d’étudier l’efficacité, la sécurité et l’activité immunologique de l’anticorps monoclonal anti-CTLA4, tremelimumab, chez des sujets atteints de mésothéliome malin avancé.

Dans notre essai de phase 2 ouvert, à groupe unique ; nous avons recruté des patients âgés de 18 ans et plus atteints de mésothéliome malin, évolutif, non résécable; à la suite d’un traitement de première intention à base de platine. Les patients éligibles devaient montrer une espérance de vie de 3 mois ou plus, un indice de performance de l’Eastern Cooperative Oncology Group de 2 ou moins, et aucun historique de pathologie autoimmune. Les patients ont reçu le tremelimumab par voie intraveineuse à raison de 15 mg/kg une fois tous les 90 jours jusqu’à progression de la maladie ou effets toxiques sévères avérés. Le critère d’évaluation principal était la proportion de patients montrant une réponse objectivement mesurable (réponse complète ou partielle), avec 17% comme valeur cible de taux de réponse selon les critères RECIST*, s’agissant du mésothéliome malin pleural; ou critères standard RECIST 1.0, s’agissant du mésothéliome malin péritonéal. Les analyses statistiques ont été effectuées sur population en intention de traiter. (…).

Nous avons recruté 29 patients entre le 27 mai 2009 et le 10 janvier 2012. Tous les patients ont reçu au moins une dose de tremelimumab (deux doses - score médian - ; écart de un à neuf).  Aucun patient n’a montré de réponse complète et deux (7%) patients; une réponse partielle durable (une sur une période de 6 mois et une sur une période de 18 mois) ; une réponse partielle est survenue après progression initiale de la maladie. L’étude n’a donc pas atteint l’objectif en rapport avec le critère d’évaluation principal de l’étude. Cependant, nous avons noté un contrôle de la maladie chez neuf (31%) patients et une médiane de survie sans progression de la maladie de 6,2 mois (Intervalle de Confiance – IC – 95% 1,3 – 11,1) et une survie médiane globale de 10,7 mois (0,0 – 21,9). 27 patients (93%) ont montré au moins un événement indésirable de grade 1-2 dû au traitement (principalement démangeaisons cutanées, prurit, colite ou diarrhée), et quatre patients (14%) ont montré au moins un événement indésirable de grade 3-4 (deux gastrointestinaux, un neurologique, deux hépatiques et un pancréatique).

Bien que l’effet pondéré par la taille de l’échantillon dans notre essai de phase 2, le tremelimumab semble montrer une activité clinique encourageante, accompagnée d’un profil de sécurité et de tolérance acceptable chez des patients atteints d’un mésothéliome malin avancé, ayant déjà suivi un traitement au préalable.  Luana Calabró MD et al, in The Lancet Oncology, Early Online Publication, 11 September 2013

*RECIST = critères d'évaluation de la réponse thérapeutique pour les tumeurs solides

Financement: Associazione Italiana per la Ricerca sul Cancro, Instituto Toscano Tumori, Pfizer, Fondazione Buzzi Unicem

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ