Pages vues le mois dernier

vendredi 25 octobre 2013

Rôle direct des petits ARNs non codants dans la réponse aux dommages à l’ADN

La famille des ARNs
ARNm: ARN messager
ARNr: ARN ribosomique
ARNt: ARN de transfert
ARNsi: small interfering RNA ou petit ARN interférent
ARNmi: micro ARN (qui comprennent les ARN st pour small temporal RNAou petit ARN temporaire)
ARNsno: small nucleolar RNAou petit ARN nucléolaire
ARNsn: small nuclear RNA ou petit ARN nucléaire
Source iconographique et légendaire: http://www.snv.jussieu.fr/vie/dossiers/siRNA/
Historiquement, le rôle de l’ARN dans la cellule est subordonné et accessoire à l’ADN. L’ARN messager codant véhicule l’information portée par l’ADN, et les ARN de transfert et ribosomiaux permettent à la polymérisation des acides aminés en protéines. La découverte des ARN non codants (ARNnc) permet d’attribuer un rôle supplémentaire à l’ARN pour ce qui est de la régulation fine de l’expression de l’ADN. Cependant, il est récemment apparu que la sauvegarde de l’intégrité de l’ADN dépend des petits ARNnc agissant au niveau des zones lésées, avec pour rôle l’alerte d’éventuels dommages de l’ADN cellulaire, et au niveau des gènes impliqués dans leur biogénèse, dans le but d’accomplir une réparation adéquate de l’ADN lésé. Je passe en revue ici les preuves montrant le rôle des petits ARNncs, appelés ARNs de réponse aux dommages causés à l’ADN (DDARNs) ou ARNs induits par les cassures double – brin (DSB) de l’ADN (diARNs), générés au niveau des sites de survenue des dommages ; pour contrôler la réponse aux dommages causés à l’ADN (DDR). Je discute également ici de leur biogénèse, des mécanismes d’action potentiels, et de leur implication dans le cancer. Fabrizio d’Adda di Fagagna, dans Trends in Cell Biology – 1006, publication en ligne en avant – première, 21 octobre 2013

Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ
Enregistrer un commentaire