Pages vues le mois dernier

mardi 5 novembre 2013

SYR-472, nouvel inhibiteur de la dipeptidyl peptidase 4 (DPP-4) et diabète de type 2: une étude de phase 2, randomisée, en double aveugle et contrôlée par placebo

La Metformine, mise sur le marché en 1957, reste aujourd'hui (2013) le traitement en première intention du diabète de type2 (Wikipedia).
Source iconographique:   
Chez les patients atteints de diabète de type 2, l’amélioration de l’adhésion à un traitement est importante, de manière à maintenir un contrôle glycémique favorable pendant un traitement à long terme, et donc, prévenir l’apparition de complications ou l’aggravation de complications existantes. Le SYR-472 est un inhibiteur de la DPP-4 nouveau, administré per os, applicable dans le diabète de type 2, qui pourrait représenter une option de traitement à une époque où les cliniciens sont à la recherche d’une meilleure adhésion des patients aux traitements en réduisant les fréquences requises d’administration. Dans cette étude, nous avons étudié l’efficacité et la sécurité du SYR-472 chez des patients atteints de diabète de type 2.

Dans cette étude multicentrique de phase 2 portant sur plusieurs doses, randomisée, en double-aveugle et contrôlée par placebo, nous avons inclus des patients Japonais atteints d’un diabète de type 2 mal contrôlé, malgré le suivi d’un régime alimentaire et la pratique d’exercices physiques. Les patients ont été répartis de manière aléatoire (1 :1 :1 :1 :1 :1) pour recevoir le placebo, ou le SYR-42 à cinq différentes doses (12,5 mg ; 25 mg ; 50 mg ; 100 mg ; ou 200 mg). La randomisation a été effectuée par permutation de blocs. Ni les patients ni les investigateurs n’avaient accès au tableau de randomisation et d’attribution des traitements. Le médicament à l’étude était administré per os une fois par semaine pendant 12 semaines. Le paramètre principal d’efficacité mesuré était le changement en concentration d’HbA1c à partir de la ligne de base et jusqu’à la fin du traitement. (…).

322 patients ont été répartis de manière aléatoire pour recevoir le placebo (55 patients) ou le SYR-472 aux doses suivantes : 12,5 mg (54 patients) ; 25 mg (52 patients) ; 50 mg (51 patients) ; 100 mg (55 patients) ou 200 mg (55 patients). Les changements en concentration d’HbA1c calculés à partir de la ligne de base par la méthode des moindres carrés étaient de 0,35% (Erreur Standard [ES] 0,068 ; -20mmol/mol) pour le groupe placebo, -0,37% (0.068 ; -28 mmol/mol) pour le groupe 12,5 mg, -0,32% (0,070 ; -27 jmmol/mol) pour le groupe 25 mg, -0,42% (0,070 ; -28 mmol/mol) pour le groupe 50 mg, -0,54% (0,068 ; -29 mmol/mol) pour le groupe 100 mg, et -0,55% (0,069 ; -30 mmol/mol) pour le groupe 200 mg. De façon générale, la concentration en HbA1c a diminué de manière dose-dépendante (test de tendance utilisant des facteurs de contraste p<0,0001) ; la diminution était significativement plus élevée quelle que soit la dose de SYR-42 administrée (p<0,0001 pour chaque groupe) par rapport au placebo. L’incidence d’événements indésirables dus aux traitements était similaire dans tous les groupes de patients.  L’événement indésirable le plus fréquemment rencontré était nasopharyngite, dans tous les groupes. Aucun épisode d’hypoglycémie défini par l’investigateur n’a été relevé au cours de l’étude, quel que soit le traitement administré.

L’administration mono-hebdomadaire de SYR-42 a produit des améliorations cliniques et de contrôle de la glycémie significatives, chez des patients atteints de diabète de type 2. Ce produit a été bien toléré, et pourrait représenter une option de traitement chez les patients atteints de cette maladie. Prof Nobuya Inagaki MD et al, dans The Lancet Diabetes & Endocrinology, publication en ligne en avant – première, 1er novembre 2013

Financement : Takeda Pharmaceutical Company Limited

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ
Enregistrer un commentaire