Nombre total de pages vues

jeudi 30 janvier 2014

Administration bi-quotidienne de N-acétylcystéine 600 mg pour le traitement des exacerbations dans la maladie pulmonaire obstructive chronique (PANTHEON) : étude randomisée en double-aveugle contrôlée par placebo

Bronches enflammées versus bronches saines dans la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)
Source iconographique: http://www.chu-poitiers.fr/d274eee1-ac5e-4e14-996f-d205946aa2db.aspx
Un stress oxydatif augmenté et l’inflammation jouent un rôle dans la pathogénèse de la maladie pulmonaire obstructive chronique (COPD). Les médicaments possédant des propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires, comme la N-acétylcystéine, pourraient fournir une approche thérapeutique utile pour la COPD. Notre but était d’étudier si la N-acétylcystéine peut réduire le taux d’exacerbations chez les patients atteints de COPD.

Dans notre étude à prospective à groupes parallèles, randomisée, en double-aveugle, et contrôlée par placebo, nous avons recruté des patients âgés de 40 à 80 ans atteints de COPD modérée à sévère (Volume Expiratoire Maximum en une Seconde [VEMS]/Capacité Vitale Forcée [CFV] < 0.7 avec VEMS de 30-70% de la valeur prédite) dans 34 hôpitaux basés en Chine. Nous avons effectué une stratification des patients en fonction de leur utilisation de corticostéroïdes par inhalation (utilisation régulière ou non) à la ligne de base et les avons réparti de manière aléatoire pour recevoir la N-acétylcystéine (un cachet de 600 mg, deux fois par jour) ou le placebo correspondant, pendant 1 an. Le critère principal mesuré était le taux annuel d’exacerbations chez les patients qui avaient reçu au moins une dose du médicament à l’étude et qui s’étaient rendus à au moins une visite médicale d’évaluation après la randomisation. (…).

Entre le 25 juin 2009 et le 29 décembre 2010, nous avons examiné 1297 patients dont 1006 étaient éligibles pour la randomisation (504 pour recevoir la N-acétylcystéine et 502 pour recevoir le placebo). Après 1 an, nous avons relevé 497 exacerbations aigües chez 482 patients dans le groupe N-acetylcystéine qui avaient reçu au moins une dose et s’étaient rendus à au moins une visite médicale d’évaluation (1.49 exacerbations par patient-année ; rapport bénéfice/risque 0.78, Intervalle de Confiance [IC] 95% 0.67-0.90 ; p=0.0011). La N-acétylcystéine a été bien tolérée : 146 (29%) des 495 patients qui avaient reçu au moins une dose de N-acétylcystéine ont présenté des événements indésirables (48 sérieux), ainsi que 130 (26%) des 495 patients qui avaient reçu au moins une dose de placebo (46 sérieux). L’événement indésirable grave le plus fréquent était l’exacerbation aigüe de COPD, survenant chez 32 (6%) des 495 patients du groupe N-acétylcystéine et 36 (7%) des 495 patients du groupe placebo.

Nos résultats montrent que la prise biquotidienne à long terme de N-acétylcystéine 600 mg peut prévenir les exacerbations chez les patients chinois atteints de COPD modérée à sévère, plus particulièrement chez les patients atteints de COPD modérée (GOLD1). Prof Jin-Ping Zhen MD et al, dans  The Lancet Respiratory Medicine, publication en ligne en avant – première, 30 janvier 2014

Financement : Hainan Zambon Pharmaceutical

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ