Nombre total de pages vues

mardi 4 février 2014

Effet de l’administration de cladribine per os sur le délai de survenue d’une sclérose en plaques définie cliniquement chez des patients avec premier évènement démyélinisant

Sclérose en plaques en évolution: plaques de démyélinisation apparaissant hyperintenses en FLAIR. In EMC-Radiologie Vol.2, Issue 3, June 2005, Pages 272-287
Source iconographique et légendaire: http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1762418505000129
Les patients qui développent la forme cyclique de la sclérose en plaques (SP) présentent d’abord un premier évènement démyélinisant. Dans cette étude randomisée multicentrique de phase 3 menée en double – aveugle, nous avons étudié l’effet de l’administration de cladribine per os sur le délai de survenue d’une SP cliniquement définie chez des patients ayant présenté un premier évènement démyélinisant, à des doses ayant précédemment montré leur efficacité sur des formes cycliques de sclérose en plaques.

Entre le 21 octobre 2008 et le 11 octobre 2010, nous avons recruté des patients âgés de 18 à 55 ans inclus, issus des effectifs de patients de 160 hôpitaux, cliniques privées, ou centres de traitement dans 34 pays. Les patients éligibles avaient tous montré un premier évènement démyélinisant dans les 75 jours avant précédent la consultation pour inclusion dans l’étude, présentaient au moins deux lésions cliniquement silencieuses d’au minimum  3 mm sur imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM) pondérée en T2 et un score 5 sur l’échelle EDSS [(Expanded Disability Status Scale), outil le plus fréquemment utilisé pour mesurer l’atteinte neurologique]. Les patients avec premier évènement démyélinisant 75 jours avant la sélection ont été répartis de manière aléatoire (1:1:1) pour recevoir des cachets de cladribine à des doses cumulées - de 5.25 mg/kg ou 3.5 mg/kg - ou le placebo. La randomisation été effectuée à l’aide d’un système internet de randomisation et stratifiée par région géographique. Le maintien à l’aveugle a été effectué à l’aide d’un dispositif à deux investigateurs. Le paramètre principal mesuré était le délai de survenue d’une SP définie cliniquement selon les critères de Poser. (…).

Sur 903 participants évalués pour éligibilité, 616 patients ont reçu la cladribine [5.25 mg/kg (n=204), 3.5 mg/kg (n=206)], ou le placebo (n=206). À la clôture de l’essai le 25 octobre 2011, la cladribine était associée à une réduction du risque versus le placebo, pour ce qui est du délai de survenue d’une SP cliniquement définie (hazard ratio [HR] pour 5.25 mg/kg=0.38, IC 95% 0.25-0.58, p<0.0001 ; HR pour 3.5 mg/kg=0.33, 0.21-0.51, p<0.0001). Des évènements indésirables ont été recueillis chez 165 (81%) patients du groupe cladribine 5.25 mg/kg, 168 (82%) patients du groupe cladribine 3.5 mg/kg, et 162 (79%) patients du groupe placebo. Nous n’avons noté aucun risque augmenté de survenue d’évènements indésirables, en ce qui concerne traitement actif versus placebo, à part des cas de lyphopénies, qui ont représenté des évènements indésirables graves chez 10 (5%) des patients dans le groupe cladribine 5.25 mg/kg et chez quatre (2%) patients dans le groupe cladribine 3.5 mg/kg.

La cladribine a retardé de manière significative le diagnostic d’une SP aux deux doses étudiées, en comparaison du placebo. Le profil de sécurité de la cladribine était similaire à celui qui a été noté dans un essai chez des patients atteints d’une forme cyclique de SP. Des recherches complémentaires devraient clarifier les potentiels effets bénéfiques de l’administration de cladribine per os pour le traitement des phases précoces de la SP. Prof Thomas P Leist MD, dans The Lancet Neurology, publication en ligne en avant – première, 4 février 2014

Financement : Merck Serono SA Genève, Suisse ; filiale de Merck KGaA, Darmstadt, Allemagne

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ