Nombre total de pages vues

mardi 11 mars 2014

Validité clinique des cellules tumorales chez les patientes atteintes de cancer du sein métastatique : analyse de données mutualisées provenant de patientes individuelles

La technique QuantiGene® ViewRNA permet la visualisation et la comptabilisation des cellules tumorales circulantes isolées (CTC).
Source iconographique et légendaire: 
http://www.ozyme.fr/_prod/gammes/affymetrix/quantigene-view-hybridation-arnm-in-situ.asp
Notre but était d’évaluer la validité clinique de la quantification des cellules tumorales circulantes (CTC) chez des patientes atteintes de cancer du sein métastatique en effectuant une analyse de données mutualisées provenant de patientes individuelles.

Nous avons contacté 51 centres européens et leur avons demandé de fournir des données publiées ou non provenant de patientes individuelles, atteints de cancer du sein métastatique ayant participé à des études entre janvier 2003 et juillet 2012. Les études éligibles comportaient des protocoles mettant en scène de nouvelles lignes thérapeutiques, des données de survie sans progression de la maladie et/ou de survie globale, et des données de quantification CTC par la méthode CellSearch à la ligne de base (avant le début de tout traitement nouveau). Nous avons utilisé des modèles de régression de Cox, stratifiés par étude, afin d’établir une association entre les comptages CTC et la survie sans progression de la maladie et la survie globale. Nous avons eu l’aide de méthodes pilotes pour ce qui est de l’évaluation de la valeur ajoutée des CTCs ou des marqueurs sériques pour le établir le pronostic des modèles clinicopathologiques dans une procédure de rééchantillonnage, par l’usage des rapports de vraisemblance de la statistique du khi-carré.

17 centres ont fourni les données de 1944 patients éligibles provenant de 20 études. 911 patientes (46.9%) présentaient un compte CTC de 5 pour 7.5 mL ou plus à la ligne de base, ce qui était associé à diminution de la survie sans progression (hazard ratio [HR] 1.92, Intervalle de Confiance -IC- 95% 1.73-2.14, p<0.0001) et de la survie globale (HR 2.78, IC95% 2.42-3.19, p<0.0001) en comparaison des patients montrant un compte CTC inférieur à 5 pour 7.5 mL à la ligne de base. Des comptes CTC augmentés mesurés à 3-5 semaines après le début du traitement, ajustés sur les comptes CTC mesurés à la ligne de base, étaient associés à une survie sans progression de la maladie et une survie globales raccourcies (HR 1.85, IC95% 1.48-2.32, p<0.0001) et (HR 2.26, IC95% 1.68-3.03) respectivement. De la même manière, les comptes CTC étaient augmentés après 6-8 semaines (HR de la survie sans progression de la maladie 2.20, IC95% 1.66-2.90, p<0.0001 ; HR de la survie globale 2.91, IC95% 2.01-4.23, p<0.0001). La prédiction de survie était significativement améliorée par l’adjonction des comptes CTC aux modèles clinicopathologiques (survie sans progression locorégionale de la maladie 38.4, IC95% 21.9-60.3, p<0.0001 ; survie globale après traitement locorégional 64.9, IC 95% 41.3-93.4, p<0.0001). Ce modèle a pu être encore amélioré par l’adjonction des changements en CTC à 3-5 semaines (survie sans progression locorégionale 8.2, IC95% 0.78-20.4, p=0.004 ; survie globale après traitement locorégional 11.5, IC95% 2.6-25.1, p=0.0007) et à 6-8 semaines (...). Les concentrations en antigène carcinoembryonnaire et en antigène du cancer 15.3 à la ligne de base et pendant la thérapie n’ont pas apporté d’information complémentaire significative à ce modèle.

Ces données confirment l’effet pronostic indépendant des comptes CTC sur la survie sans progression de la maladie et la survie globale, les comptes CTC améliorent également la pronostication du cancer du sein métastatique quand ils sont associés aux modèles clinicopathologiques prédictifs complets, contrairement aux marqueurs sériques. François-Clément Bidard MD et al, dans The Lancet Oncology, publication en ligne en avant – première, 11 mars 2014

Financement : Janssen Diagnostics, the Nuovo-Soldati foundation for cancer research


Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ